Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ovinpiades
On a envie de revenir aux Ovinpiades !

Les Ovinpiades des Jeunes bergers existent depuis 15 ans et ont vu défiler des centaines de candidats. Nombre d’entre eux reviennent pour le plaisir ou pour prendre part à nouveau à ce concours pas comme les autres.

Le premier jour du salon de l’agriculture est depuis quelques années dédié en grande partie à la filière ovine, avec la finale nationale des Ovinpiades, le concours des jeunes bergers. Cette année, 39 candidats venus de la France entière (et 13 jeunes venus d’Irlande, du Royaume-Uni et de Belgique) ont montré tout leur savoir-faire sur les sept épreuves individuelles dans une ambiance certes compétitrice mais également de franche camaraderie. Pour cette 15ème édition, une dizaine d’anciens participants sont revenus pour faire partie du jury. « Ça m’a fait bizarre au début d’être juré, j’avais l’impression de revenir quelques années en arrière et de me voir », sourit un ancien ovinpiadien. Pour les organisateurs des ovinpiades, Interbev ovins et Inn’Ovin, c’est primordial que des anciens reviennent participer au concours. En effet, ce concours s’inscrit dans le programme de reconquête ovine initié par Inn’ovin dans l’optique du renouvellement des générations. « Même si tous ne s’installent pas, un grand nombre des anciens candidats restent dans la filière ovine, apprécie Patrick Soury, président d’Inn’ovin. Cela apporte de la crédibilité à notre démarche notamment auprès des jeunes. »

Une web-série sur l'installation en ovin

Le travail en équipe a également toute sa place dans le concours grâce à l’épreuve collective qui a pour objectif de communiquer sur les atouts de la filière ovine. Cette année les équipes engagées dans le concours avaient pour mission de réaliser une web-série en trois épisodes pour une communication grand public. A travers le volet économique, environnemental et social, les web-séries devaient raconter quels intérêts un jeune aurait à s’installer en élevage ovin. L’équipe du lycée agricole de Vendôme (Loir-et-Cher) a remporté cette épreuve collective. Ils n’ont pas hésité à donner de leurs personnes pour remporter la coupe, chacun s’étant improvisé acteur pour l’occasion.

Un champion de la génétique

Le meilleur jeune berger 2020 était lui ambassadeur de la région Occitanie. Théo Buerle a fait ses études (BTS productions animales et CS ovin) dans le Lot. Il était venu pour gagner, lui qui a l’esprit compétiteur ! Il avait déjà participé par le passé aux Ovinpiades et il apprécie particulièrement l’épreuve de la génétique, durant laquelle le candidat doit choisir le meilleur bélier pour son troupeau. Théo envisage d’ailleurs une carrière de technicien en insémination artificielle, avant, qui sait, de s’installer en élevage ovin dans quelques années.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre