Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Etude en Auvergne
En montagne, s'agrandir pour gagner plus ?

Selon Marc Benoît, économiste à l'Inra, l'agrandissement de l'exploitation ne se traduit pas nécessairement par une augmentation du revenu de l'éleveur.

A partir d'un échantillon de 34 exploitations situées en Auvergne en zone de montagne, Marc Benoît de l'Inra s'est interrogé sur l'intérêt de l'agrandissement des exploitations en système ovins viande dans la conjoncture actuelle. « Sur les exploitations de notre observatoire, les revenus des éleveurs ovins vont doubler en 2010 pour atteindre en moyenne 19 400 euros par travailleur, explique l'économiste. Les écarts entre exploitations restent toutefois très importants. » Les principaux critères qui composent le revenu d'une exploitation restent les mêmes que ceux des années 1990 et 2000 : il faut produire des kilos d'agneaux tout en maîtrisant ses charges de concentré. Mais que faire lorsqu'une opportunité d'agrandissement se présente ? Faut-il la saisir et augmenter l'effectif de brebis pour conserver le même niveau de chargement ? Ou bien faut-il y renoncer et essayer d'augmenter le nombre d'agneaux vendus avec son troupeau ? Selon Marc Benoît, tout dépend d'abord du niveau de productivité du troupeau.
Si le troupeau produit moins de 1,2 agneau par brebis et par an sur une surface d'au moins 50 hectares par travailleur, l'agrandissement n'apporte rien ! En effet, l'augmentation de la marge brute ovine liée aux nouvelles brebis est entièrement compensée par celle des charges de structure. Le travail augmente et le revenu diminue car le niveau de productivité des brebis est insuffisant. Dans cette situation, pour gagner plus, il faut avant tout vendre davantage d'agneaux par brebis.
 
Si le troupeau produit plus de 1,2 agneau par brebis et par an sur une surface d'au moins 50 hectares par travailleur, l'agrandissement de la surface de l'exploitation apporte un plus. Cependant, il semblerait que cela soit moins vrai lorsque l'on dépasse le seuil des 100 hectares par unité de main-d'oeuvre (ou 450 à 500 brebis).

Enfin, si la surface de l'exploitation est inférieure à 50 hectares, l'agrandissement est souhaitable dans tous les cas. Selon Marc Benoît, ce seuil des 50 hectares par travailleur se justifie par le fait que la plupart des aides liées aux surfaces sont plafonnées à 50 hectares ou bien dégressives. « Ce qui est vrai en zone de plaine l'est encore plus en montagne, conclut l'économiste. L'amélioration des revenus passe d'abord par celle des résultats techniques s'ils sont médiocres. Par ailleurs, lors d'un agrandissement de troupeau, il faut se donner les moyens de maintenir de bons résultats techniques. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre