Aller au contenu principal

Etude en Auvergne
En montagne, s'agrandir pour gagner plus ?

Selon Marc Benoît, économiste à l'Inra, l'agrandissement de l'exploitation ne se traduit pas nécessairement par une augmentation du revenu de l'éleveur.

A partir d'un échantillon de 34 exploitations situées en Auvergne en zone de montagne, Marc Benoît de l'Inra s'est interrogé sur l'intérêt de l'agrandissement des exploitations en système ovins viande dans la conjoncture actuelle. « Sur les exploitations de notre observatoire, les revenus des éleveurs ovins vont doubler en 2010 pour atteindre en moyenne 19 400 euros par travailleur, explique l'économiste. Les écarts entre exploitations restent toutefois très importants. » Les principaux critères qui composent le revenu d'une exploitation restent les mêmes que ceux des années 1990 et 2000 : il faut produire des kilos d'agneaux tout en maîtrisant ses charges de concentré. Mais que faire lorsqu'une opportunité d'agrandissement se présente ? Faut-il la saisir et augmenter l'effectif de brebis pour conserver le même niveau de chargement ? Ou bien faut-il y renoncer et essayer d'augmenter le nombre d'agneaux vendus avec son troupeau ? Selon Marc Benoît, tout dépend d'abord du niveau de productivité du troupeau.
Si le troupeau produit moins de 1,2 agneau par brebis et par an sur une surface d'au moins 50 hectares par travailleur, l'agrandissement n'apporte rien ! En effet, l'augmentation de la marge brute ovine liée aux nouvelles brebis est entièrement compensée par celle des charges de structure. Le travail augmente et le revenu diminue car le niveau de productivité des brebis est insuffisant. Dans cette situation, pour gagner plus, il faut avant tout vendre davantage d'agneaux par brebis.
 
Si le troupeau produit plus de 1,2 agneau par brebis et par an sur une surface d'au moins 50 hectares par travailleur, l'agrandissement de la surface de l'exploitation apporte un plus. Cependant, il semblerait que cela soit moins vrai lorsque l'on dépasse le seuil des 100 hectares par unité de main-d'oeuvre (ou 450 à 500 brebis).

Enfin, si la surface de l'exploitation est inférieure à 50 hectares, l'agrandissement est souhaitable dans tous les cas. Selon Marc Benoît, ce seuil des 50 hectares par travailleur se justifie par le fait que la plupart des aides liées aux surfaces sont plafonnées à 50 hectares ou bien dégressives. « Ce qui est vrai en zone de plaine l'est encore plus en montagne, conclut l'économiste. L'amélioration des revenus passe d'abord par celle des résultats techniques s'ils sont médiocres. Par ailleurs, lors d'un agrandissement de troupeau, il faut se donner les moyens de maintenir de bons résultats techniques. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre