Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des puces dans la bergerie

L’identification électronique des animaux permet un suivi précis de sa troupe. Démonstration avec la cage de pesée et de tri Veno et le logiciel Ovitel.

Suite à la nomination d’Ovitel comme Ovin d’or au trophée de l’innovation de Tech’ovin 2015, le développeur de logiciel CMRE a invité les responsables ovins de France le 11 décembre dernier à Charolles pour rappeler les atouts de sa solution de gestion informatique du troupeau. Combiné avec un lecteur de boucles électroniques et un smartphone, le logiciel peut enregistrer en bergerie toutes les interventions sur le troupeau. Il permet de gérer les inventaires, le carnet d’agnelage, les documents de circulation ou les notifications à l’EDE. Le logiciel peut retracer la carrière de chaque animal et éditer un bilan technique complet.

Des portes automatiques pour trier les animaux

Ovitel est aussi compatible avec de nombreux matériels comme ceux du fabricant hollandais Veno qui intègre aussi la lecture électronique des boucles dans ses équipements. Une démonstration a permis de s’en rendre compte. La cage de pesée est reliée au lecteur par Bluetooth et, grâce au bâton de lecture, il n’y a pas à saisir ni le numéro de l’animal, ni son poids. Ensuite, en fonction du poids de l’animal ou de lot préalablement enregistré, le système de tri peut orienter les animaux en ouvrant l’une des trois portes pneumatiques. Le fabriquant annonce jusqu’à 400 animaux triés à l’heure avec un lecteur fixe. Cette solution intégrant la cage et la porte de tri est commercialisée à 8 200 euros.

Un bâton de lecture pour les petites troupes

Autre nouveauté présentée, le bâton de lecture d’Allflex a séduit Ovitel. Sans affichage visuel, il est relié par Bluetooth au smartphone de l’éleveur. « Ce petit lecteur, vendu environ 200 euros, est bien adapté pour les troupes de moins de 400 brebis, précise Nicolas Dubouloz de CMRE. Au-delà, la batterie risque de ne pas tenir ». La solution alliant smartphone et lecteur de boucle est maintenant privilégiée par rapport à la solution tout en un du Psion. « Plus cher et plus encombrant, le Psion n’est plus préconisé car il s’avère être maintenant assez lent ».

Depuis le lancement d’Ovitel en 2007, 1 500 éleveurs se sont équipés via les coopératives, les GDS ou les chambres d’agriculture. « Ces revendeurs locaux sont les meilleurs prescripteurs » apprécie Bruno Damien, le président d’Ovitel. Le logiciel est proposé au tarif de 199 euros pour les éleveurs et 299 euros pour les sélectionneurs auquel s’ajoute un abonnement annuel de 140 à 190 euros pour l’assistance et les mises à jour. Pour les jeunes agriculteurs, le logiciel est à un euro.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre