Aller au contenu principal

DOSSIER
Des luttes courtes pour gagner du temps

Raccourcir au maximum la durée des luttes réduit le temps de travail. Mais jusqu'où l'éleveur peut-il aller dans la simplification sans diminuer le taux de fertilité?

© ciirpo

De plus en plus d'éleveurs optent pour des durées de luttes courtes, voire très courtes. Dans certains cas, ils se rapprochent de la conduite en bandes. La période de reproduction est alors limitée à un seul cycle ou à une insémination (IA) sans retour. Un diagnostic de gestation est réalisé 45 jours plus tard et les brebis vides passent dans le lot suivant. La durée maximum des agnelages s'élève à 20 jours en lutte naturelle et 10 jours sur IA. Cette pratique présente plusieurs intérêts : une surveillance des mises bas plus facile et une mortalité des agneaux mieux maîtrisée. Les défauts de tétée sont à l'origine de plus de 30 % de la mortalité. De plus, 40 % des animaux qui meurent avant 60 jours sont des mort-nés et des avortons.

Une pratique à adapter aux saisons et aux types génétiques

Lorsque la mise à la reproduction est raccourcie, toutes les interventions à réaliser sont simplifiées. Le diagnostic de gestation est programmé avec une bonne fiabilité. Les protocoles sanitaires se calent plus facilement. Le sevrage intervient en une seule fois à l'âge souhaité pour tous les agneaux. La conduite de l'alimentation est également beaucoup plus simple: à tel stade, telle ration, que ce soit en fin de gestation ou en lactation, avec des économies de concentré à la es pour gagner du temps clé. Enfin, les lots sont beaucoup plus homogènes et les ventes réparties sur quelques semaines, contre plusieurs mois.

Mais comment le mettre en oeuvre sans prendre le risque d'une contre-performance? Jusqu'où l'éleveur peut-il aller dans la simplification tout en maintenant un bon taux de fertilité ? Plusieurs études ont été conduites afin de répondre à ces questions. Des conditions semblent incontournables.

Il est d'abord indispensable d'adapter la durée de la lutte à la saison. Ce qui est possible en automne ne l'est pas toujours à d'autres périodes. Seules les femelles fertiles sont conduites en luttes courtes. Enfin, béliers et brebis doivent être soigneusement préparés à l'accouplement et le ratio doit être adapté. Il n'y a pas de place au hasard pour concilier luttes courtes et bons taux de fertilité. Mais dans tous les cas, cette conduite est réservée aux troupeaux qui présentent déjà des mises bas groupées sur le premier cycle lors de luttes de plus de deux mois.

La suite de ce dossier dans le numéro de mai 2014

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Un référent bien-être animal obligatoire par élevage ovin
Désormais et depuis le 1er janvier 2022, chaque site d’élevage doit disposer en tout temps d’un référent bien-être animal.
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
François Bouclet, 25 ans, utilise un quad, outil indispensable pour réaliser les clôtures sur les parcelles de couverts.
« Ma troupe pâture chez les voisins plus de six mois par an »
À Louches dans le Pas-de-Calais, François Bouclet s’est installé en janvier 2020 sur la ferme familiale. Il a fait évoluer l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre