Aller au contenu principal

DOSSIER
Des luttes courtes pour gagner du temps

Raccourcir au maximum la durée des luttes réduit le temps de travail. Mais jusqu'où l'éleveur peut-il aller dans la simplification sans diminuer le taux de fertilité?

© ciirpo

De plus en plus d'éleveurs optent pour des durées de luttes courtes, voire très courtes. Dans certains cas, ils se rapprochent de la conduite en bandes. La période de reproduction est alors limitée à un seul cycle ou à une insémination (IA) sans retour. Un diagnostic de gestation est réalisé 45 jours plus tard et les brebis vides passent dans le lot suivant. La durée maximum des agnelages s'élève à 20 jours en lutte naturelle et 10 jours sur IA. Cette pratique présente plusieurs intérêts : une surveillance des mises bas plus facile et une mortalité des agneaux mieux maîtrisée. Les défauts de tétée sont à l'origine de plus de 30 % de la mortalité. De plus, 40 % des animaux qui meurent avant 60 jours sont des mort-nés et des avortons.

Une pratique à adapter aux saisons et aux types génétiques

Lorsque la mise à la reproduction est raccourcie, toutes les interventions à réaliser sont simplifiées. Le diagnostic de gestation est programmé avec une bonne fiabilité. Les protocoles sanitaires se calent plus facilement. Le sevrage intervient en une seule fois à l'âge souhaité pour tous les agneaux. La conduite de l'alimentation est également beaucoup plus simple: à tel stade, telle ration, que ce soit en fin de gestation ou en lactation, avec des économies de concentré à la es pour gagner du temps clé. Enfin, les lots sont beaucoup plus homogènes et les ventes réparties sur quelques semaines, contre plusieurs mois.

Mais comment le mettre en oeuvre sans prendre le risque d'une contre-performance? Jusqu'où l'éleveur peut-il aller dans la simplification tout en maintenant un bon taux de fertilité ? Plusieurs études ont été conduites afin de répondre à ces questions. Des conditions semblent incontournables.

Il est d'abord indispensable d'adapter la durée de la lutte à la saison. Ce qui est possible en automne ne l'est pas toujours à d'autres périodes. Seules les femelles fertiles sont conduites en luttes courtes. Enfin, béliers et brebis doivent être soigneusement préparés à l'accouplement et le ratio doit être adapté. Il n'y a pas de place au hasard pour concilier luttes courtes et bons taux de fertilité. Mais dans tous les cas, cette conduite est réservée aux troupeaux qui présentent déjà des mises bas groupées sur le premier cycle lors de luttes de plus de deux mois.

La suite de ce dossier dans le numéro de mai 2014

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre