Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des engrais organiques à l’automne pour faire durer sa prairie

Pour l’épandage d’automne, le sol doit être relativement humide et réchauffé pour que le fumier puisse se dégrader. © D. Hardy
Pour l’épandage d’automne, le sol doit être relativement humide et réchauffé pour que le fumier puisse se dégrader.
© D. Hardy

Si l’apport de fumier jeune à la sortie de l’hiver permet à la prairie de redémarrer rapidement au printemps, l’apport d’automne a un tout autre intérêt : la durabilité de la prairie. Un apport de fumier ou compost, plutôt mûr cette fois, va agir dans la durée et stimuler la vie biologique se trouvant sous la prairie.

Cet apport peut se limiter à 10 tonnes/ha tous les ans si les parcelles ne sont pas pâturées et moins régulièrement sur les prairies pâturées, qui bénéficient du retour des apports organiques des déjections. Au contraire, il vaut mieux ne pas dépasser 30 tonnes/ha. En limitant l’apport, on s’assure d’avoir une dégradation rapide et efficace du fumier épandu.

Epandre précocement mais sur un sol humide et réchauffé…

La difficulté pour l’épandage d’automne réside dans le choix de la période d’épandage. Le sol doit être relativement humide et réchauffé pour que la biologie du sol soit active et capable de dégrader le fumier épandu. Bien souvent, la période correspondant à ces critères tombe entre octobre et novembre.

Attention cependant à la directive Nitrates, selon la zone dans laquelle s’inscrit votre prairie, car certaines dates d’épandage ne sont pas permises. Dans les cas les plus simples, la période d’interdiction d’épandage, pour une prairie de plus de 6 mois, est du 15 décembre au 15 janvier1. Cette date varie en fonction du type de matière organique que vous épandez.

Un épandage très précoce nécessite de bien gérer le délai de retour des animaux sur la parcelle. Pour limiter les risques sanitaires, mieux vaut préférer un retour au-delà de quatre semaines entre l’épandage et un possible pâturage ou déprimage d’automne. Souvent, on préfèrera réaliser cet apport de fumier vieilli après le dernier pâturage ou la dernière fauche.

1 Se référer à la règlementation en vigueur, dans le département, et sur la zone des prairies
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vignette
Tech-Ovin, le salon 100 % mouton
Pour ses 20 ans, le salon Tech-Ovin sera une nouvelle fois le rendez-vous de tous les éleveurs. Rendez-vous les 4 et 5 septembre…
Vignette
Premier bilan de la campagne européenne de promotion de l'agneau
Un bilan positif, mais inquiet de l’avenir, après un an de campagne européenne de promotion pour la viande d’agneau.
Vignette
Moutons et vaches font bon ménage
L’Inra étudie la complémentarité des ovins et bovins au pâturage ainsi que l’engraissement des agneaux à l’herbe.
Vignette
Dentelle paysanne
Brigitte Dépalle, créatrice textile vers Saugues (Haute-Loire) et ancienne éleveuse de chèvres, a toujours rêvé de recycler les…
Vignette
Pour un vraie reconnaissance du pastoralisme
L’élevage pastoral est pertinent économiquement et répond aux enjeux sociétaux actuels. Plaidoyer pour un soutien au pastoralisme.
Vignette
BD Le loup
Le loup, le dernier roman graphique de Jean-Marc Rochette, narre avec une certaine pudeur la confrontation entre un berger et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7,6€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre