Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des engrais organiques à l’automne pour faire durer sa prairie

Pour l’épandage d’automne, le sol doit être relativement humide et réchauffé pour que le fumier puisse se dégrader. © D. Hardy
Pour l’épandage d’automne, le sol doit être relativement humide et réchauffé pour que le fumier puisse se dégrader.
© D. Hardy

Si l’apport de fumier jeune à la sortie de l’hiver permet à la prairie de redémarrer rapidement au printemps, l’apport d’automne a un tout autre intérêt : la durabilité de la prairie. Un apport de fumier ou compost, plutôt mûr cette fois, va agir dans la durée et stimuler la vie biologique se trouvant sous la prairie.

Cet apport peut se limiter à 10 tonnes/ha tous les ans si les parcelles ne sont pas pâturées et moins régulièrement sur les prairies pâturées, qui bénéficient du retour des apports organiques des déjections. Au contraire, il vaut mieux ne pas dépasser 30 tonnes/ha. En limitant l’apport, on s’assure d’avoir une dégradation rapide et efficace du fumier épandu.

Epandre précocement mais sur un sol humide et réchauffé…

La difficulté pour l’épandage d’automne réside dans le choix de la période d’épandage. Le sol doit être relativement humide et réchauffé pour que la biologie du sol soit active et capable de dégrader le fumier épandu. Bien souvent, la période correspondant à ces critères tombe entre octobre et novembre.

Attention cependant à la directive Nitrates, selon la zone dans laquelle s’inscrit votre prairie, car certaines dates d’épandage ne sont pas permises. Dans les cas les plus simples, la période d’interdiction d’épandage, pour une prairie de plus de 6 mois, est du 15 décembre au 15 janvier1. Cette date varie en fonction du type de matière organique que vous épandez.

Un épandage très précoce nécessite de bien gérer le délai de retour des animaux sur la parcelle. Pour limiter les risques sanitaires, mieux vaut préférer un retour au-delà de quatre semaines entre l’épandage et un possible pâturage ou déprimage d’automne. Souvent, on préfèrera réaliser cet apport de fumier vieilli après le dernier pâturage ou la dernière fauche.

1 Se référer à la règlementation en vigueur, dans le département, et sur la zone des prairies
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre