Aller au contenu principal

Didier Marcon, responsable élevage ovin de l’unité expérimentale Inrae d’Osmoy (Cher)
« Des constats de gestation facilités avec une bonne contention des brebis »

Un couloir amène les brebis jusqu'à une cage avec porte bloquante, dont une des parois est découpée pour permettre l'accès de l'échographe.
Un couloir amène les brebis jusqu'à une cage avec porte bloquante, dont une des parois est découpée pour permettre l'accès de l'échographe.
© D. Marcon

 

 
Didier Marcon, responsable élevage ovin de l’unité expérimentale Inrae d’Osmoy (Cher)
Didier Marcon, responsable élevage ovin de l’unité expérimentale Inrae d’Osmoy (Cher) © DR

 

« Sur la ferme expérimentale de l’Inrae à Osmoy, dans le Cher, nous élevons 1 600 brebis, en majorité des Romanes. La lutte se fait sur trois périodes : avril, juillet et octobre. Nous laissons les béliers environ 35-45 jours avec les brebis, soit un peu plus de deux cycles. 40 jours après le retrait des béliers, nous réalisons les constats de gestation. Cela fait donc trois chantiers par an, avec des lots de 450 à 600 animaux à chaque fois.

Depuis quelques années, nous ne validons plus seulement si les brebis sont gestantes, nous déterminons également le nombre de fœtus et le cycle au cours duquel elles ont été fécondées. Cela permet de préparer le planning pour les agnelages et d’ajuster l’alimentation lors de la rentrée en bergerie, un mois avant les mises bas.

100 brebis à l’heure pour les constats de gestation

Auparavant, les brebis étaient amenées sur un quai pour être à hauteur de l’échographe. Mais elles n’étaient pas habituées et c’était compliqué de les faire monter. Cela engendrait du stress pour les animaux et de la pénibilité pour nous. Nous perdions beaucoup de temps dans les mouvements d’animaux.

Une position confortable

Comme elles ont l’habitude de passer dans des couloirs pour être triées ou lors d’interventions, nous avons imaginé un système simple de couloir court, qui débouche sur une cage avec porte bloquante et paroi découpée. L’échographe est ainsi assis avec son écran posé devant lui et a les brebis à hauteur sur sa droite (ou sa gauche) pour réaliser l’échographie.

Une seconde personne à l’avant de la cage identifie les animaux et note le nombre d’agneaux et le cycle. Les brebis sont bien immobilisées et avec ce système, nous échographions 100 brebis à l’heure en moyenne. La vitesse dépend aussi de la prolificité, plus il y a de fœtus, plus cela prend du temps (un agneau peut en cacher un autre !). Le couloir nous sert toute l’année, et la cage est facilement déplaçable. »

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Le matin est consacré aux cours théoriques. Ce jour-là, Catherine enseigne les grands chiffres de la filière ovine française.
Une journée avec une classe en certificat de spécialisation Ovin
Sur le campus de Mirecourt, niché au cœur des Vosges, Catherine Falcoz et Ingrid Voinson dirigent une formation professionnelle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre