Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des agneaux en bonne santé dans des bâtiments adaptés

La santé des agneaux élevés en bergerie passe par la tétée de colostrum, le paillage régulier, le respect de la densité d’élevage et une bonne aération sans courant d’air.

Les problèmes sanitaires des agneaux pèsent sur l’économie des élevages ovins. Le taux de mortalité des agneaux se situe en moyenne à 14 % jusqu’au sevrage. Cependant, selon les élevages, il varie de 4 % à 30 %. La comparaison de ces résultats entre élevage augure des marges de progrès, notamment par la mise en place de moyens de maîtrise préventifs sur la conduite d’élevage et sur le logement des animaux.

Ces difficultés touchent les agneaux en finition autant que les agnelles de renouvellement. Pour ces dernières, certaines pathologies peuvent provoquer des retards de croissance difficilement rattrapables. Plus tard, ce sont les performances des brebis qui se retrouvent diminuées.

Dans le cadre du plan national écoantibio 2017 piloté par le Ministère de l’Agriculture, un groupe de travail animé par l’Institut de l’Élevage a rassemblé dans un guide paru cet hiver les bonnes pratiques à promouvoir, ainsi que les recommandations en matière de conception des bergeries afin d’assurer la santé des agneaux.

Souvent différents stades physiologiques des animaux sont présents en bergerie. Pour chaque stade de la vie d’un agneau, il est nécessaire de connaître les points de vigilance concernant : les principaux risques sanitaires, les actions à mettre en place pour prévenir les maladies, les aménagements à prévoir dans le bâtiment et des éléments de conduite du troupeau et de gestion sanitaire. Pour protéger les agneaux, il faut aussi assurer un abreuvement, un éclairage, un paillage et un curage corrects. La ventilation doit être particulièrement soignée pour renouveler l’air sans créer de courant d’air.

Des actions préventives pour réduire la mortalité

Des agneaux en bonne santé : bonnes pratiques d’élevage et bergerie adaptée

Le dossier de Pâtre est tiré de l’ouvrage Des agneaux en bonne santé : bonnes pratiques d’élevage et bergerie adaptée. Cette brochure fait un état des lieux de la santé des agneaux en lien avec le bâtiment. Il analyse les principales causes de leur mortalité ou de leur morbidité, puis décrit les pathologies en lien avec les conditions de logement. D’autres facteurs influençant la santé du troupeau sont abordés.

42 pages – 12 euros - http://technipel.idele.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre