Aller au contenu principal

Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?

La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’herbe semblable à un petit printemps.

En ce début d’automne, les situations de pousse de l’herbe sont très contrastées selon les régions. « Partout l’année a été compliquée et atypique, avec des alternances de périodes sèches, parfois froides et des épisodes pluvieux sur le début d’année », notent les experts du service Fourrages et pastoralisme d’Idele. Si l’Ouest semble avoir eu des conditions favorables, l’Est mais aussi les Rhône-Alpes et la Bourgogne ont connu de nouveau une sécheresse estivale. L’été 2020 a été parmi les plus chauds et secs après 2003 et 2019. Les précipitations ont été disparates sur l’ensemble du territoire, entraînant un assèchement important des sols en juillet et une pousse de l’herbe réduite. Le déficit touche toute la France mais la région Nord-Est en premier lieu. « Au 20 août, la situation s’était encore aggravée avec 55 % des régions fourragères en situation de déficit, dont 38 % en déficit sévère », s’alarme l’Institut de l’élevage. D’autant plus que Météo France prévoit un automne plus sec et plus doux par rapport aux normales de saison, notamment sur la moitié Sud de l’Hexagone.

Les rendements fourragers sont considérablement impactés par le déficit hydrique causé par la sécheresse. On observe une aggravation de la situation entre juillet et août.
Les rendements fourragers sont considérablement impactés par le déficit hydrique causé par la sécheresse. On observe une aggravation de la situation entre juillet et août.
D'importants écarts de précipitations avec les normales saisonnières ont été constatés. Cette carte témoigne de l'hétérogénéité des précipitations sur le territoire.
D'importants écarts de précipitations avec les normales saisonnières ont été constatés. Cette carte témoigne de l'hétérogénéité des précipitations sur le territoire.
Les sols ont subi la sécheresse estivale, entraînant un important déficit fourrager.

L’automne fournit une herbe de qualité à condition d’avoir des précipitations

S’il pleut, l’herbe d’automne présente un fort potentiel nutritif avec ses repousses vertes et feuillues. C’est un deuxième petit printemps… Mais, si l’automne annonce une herbe de qualité, elle sera cependant présente en quantité limitée. En effet, l’herbe d’automne connaît une forte variabilité selon les années. La pousse de l’herbe est limitée par la réserve hydrique utile du sol, les températures et la durée d’ensoleillement. De plus, les espèces reprennent différemment leur croissance suite aux précipitations. Ainsi, le dactyle reprend plus vite son développement que la fétuque ou le ray-grass anglais.

Une herbe qualitative mais en faible quantité

Si les parcelles sont facilement accessibles au pâturage, le troupeau peut continuer de tourner avec un faible chargement. De cette façon, les déjections pourront être réparties sur l’ensemble de la parcelle. A l’inverse, s’il y a un chargement trop élevé, il y a un risque trop élevé de surpâturage.

En dernier recours, on peut choisir une parcelle dégradée, dite « parcelle parking », pour affourager en faisant attention à l’abreuvement. Cela permettra une repousse après les pluies puis, dans un deuxième temps, une reprise du pâturage tournant, tout en veillant au temps du pâturage. Un second semis peut être nécessaire pour restaurer la prairie.

Pour les éleveurs des régions les plus touchées, l’hiver risque d’être compliqué car aux déficits fourragers constatés sur prairies s’ajoutent de faibles rendements en paille.

Légende
Note Climat et Prairies n°4
© Idele
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre