Aller au contenu principal

Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?

La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’herbe semblable à un petit printemps.

En ce début d’automne, les situations de pousse de l’herbe sont très contrastées selon les régions. « Partout l’année a été compliquée et atypique, avec des alternances de périodes sèches, parfois froides et des épisodes pluvieux sur le début d’année », notent les experts du service Fourrages et pastoralisme d’Idele. Si l’Ouest semble avoir eu des conditions favorables, l’Est mais aussi les Rhône-Alpes et la Bourgogne ont connu de nouveau une sécheresse estivale. L’été 2020 a été parmi les plus chauds et secs après 2003 et 2019. Les précipitations ont été disparates sur l’ensemble du territoire, entraînant un assèchement important des sols en juillet et une pousse de l’herbe réduite. Le déficit touche toute la France mais la région Nord-Est en premier lieu. « Au 20 août, la situation s’était encore aggravée avec 55 % des régions fourragères en situation de déficit, dont 38 % en déficit sévère », s’alarme l’Institut de l’élevage. D’autant plus que Météo France prévoit un automne plus sec et plus doux par rapport aux normales de saison, notamment sur la moitié Sud de l’Hexagone.

Les rendements fourragers sont considérablement impactés par le déficit hydrique causé par la sécheresse. On observe une aggravation de la situation entre juillet et août.
Les rendements fourragers sont considérablement impactés par le déficit hydrique causé par la sécheresse. On observe une aggravation de la situation entre juillet et août.
D'importants écarts de précipitations avec les normales saisonnières ont été constatés. Cette carte témoigne de l'hétérogénéité des précipitations sur le territoire.
D'importants écarts de précipitations avec les normales saisonnières ont été constatés. Cette carte témoigne de l'hétérogénéité des précipitations sur le territoire.
Les sols ont subi la sécheresse estivale, entraînant un important déficit fourrager.

L’automne fournit une herbe de qualité à condition d’avoir des précipitations

S’il pleut, l’herbe d’automne présente un fort potentiel nutritif avec ses repousses vertes et feuillues. C’est un deuxième petit printemps… Mais, si l’automne annonce une herbe de qualité, elle sera cependant présente en quantité limitée. En effet, l’herbe d’automne connaît une forte variabilité selon les années. La pousse de l’herbe est limitée par la réserve hydrique utile du sol, les températures et la durée d’ensoleillement. De plus, les espèces reprennent différemment leur croissance suite aux précipitations. Ainsi, le dactyle reprend plus vite son développement que la fétuque ou le ray-grass anglais.

Une herbe qualitative mais en faible quantité

Si les parcelles sont facilement accessibles au pâturage, le troupeau peut continuer de tourner avec un faible chargement. De cette façon, les déjections pourront être réparties sur l’ensemble de la parcelle. A l’inverse, s’il y a un chargement trop élevé, il y a un risque trop élevé de surpâturage.

En dernier recours, on peut choisir une parcelle dégradée, dite « parcelle parking », pour affourager en faisant attention à l’abreuvement. Cela permettra une repousse après les pluies puis, dans un deuxième temps, une reprise du pâturage tournant, tout en veillant au temps du pâturage. Un second semis peut être nécessaire pour restaurer la prairie.

Pour les éleveurs des régions les plus touchées, l’hiver risque d’être compliqué car aux déficits fourragers constatés sur prairies s’ajoutent de faibles rendements en paille.

Légende
Note Climat et Prairies n°4
© Idele
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Un référent bien-être animal obligatoire par élevage ovin
Désormais et depuis le 1er janvier 2022, chaque site d’élevage doit disposer en tout temps d’un référent bien-être animal.
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La rencontre d'une ourse suitée est le cas le plus dangereux car elle peut avoir des réactions imprévisibles si elle sent du danger pour ses petits.
Ces bergers qui ont croisé l’ours
Durant l’été 2020, deux bergers ont été confrontés directement à des ours qui passaient à proximité de leurs troupeaux. La…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
François Bouclet, 25 ans, utilise un quad, outil indispensable pour réaliser les clôtures sur les parcelles de couverts.
« Ma troupe pâture chez les voisins plus de six mois par an »
À Louches dans le Pas-de-Calais, François Bouclet s’est installé en janvier 2020 sur la ferme familiale. Il a fait évoluer l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre