Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Chien de conduite
Comment bien choisir son border collie

Vous avez arrêté votre choix sur la race border collie, reste à choisir le chiot qui va correspondre à vos attentes.

Chiots border-collie âgés de sept semaines. Celui de droite s’est avéré beaucoup plus précoce au troupeau.
Chiots border-collie âgés de sept semaines. Celui de droite s’est avéré beaucoup plus précoce au troupeau.
© A.B

Une fois définis le type de border dont vous avez besoin et la portée ou vous allez vous servir, il faut s’assurer que toutes les garanties légales sont respectées : déclarations de saillie, de naissance et inscription de la portée auprès de la SCC (Société centrale canine) ou de l’ISDS (International sheep dog society) s’il s’agit d’un chien d’importation et disponibilité des certificats de tests des tares oculaires et dysplasie de la hanche des parents.

Si le propriétaire de la portée est un voisin, il est bon de voir l’évolution des chiots entre cinq et huit semaines, et le cadre de vie dans lequel ils grandissent (lumière, propreté, activité extérieure…). Il faut prêter attention à l’état général des chiots (dodus aux yeux pétillants, joyeux…), autant de signes de bons soins et de bonne santé. Observez leur attitude vis-à-vis de l’homme. La précipitation pour rentrer en contact, la recherche de caresses… sont des preuves que l’éleveur s’occupe de sa portée et que les chiots ont l’habitude de visites et de contacts. Ne pas hésiter à sortir la totalité de la portée du lieu de vie habituel et promener les chiots en provoquant des bruits inhabituels de façon à détecter d’éventuels animaux sensibles ou bien téméraires car il faut éviter les animaux peureux.

EN CAS D’HÉSITATION

Si vous hésitez entre deux chiots, prenez-les individuellement, ce qui peut modifier des comportements par rapport aux constats réalisés au sein de la portée, et refaites les exercices pour tester le caractère (bruits, relations à l’homme…). Prenez également conseil auprès de l’éleveur pour savoir ce qu’il a observé, surtout s’il lui en reste plusieurs !

Pour éviter des défauts handicapants, vérifiez l’alignement des mâchoires et les testicules pour les mâles. Il ne faut pas faire trop attention au marquage de la robe, mais préférer que le noir prédomine sur le blanc et s’assurer qu’au moins un des deux parents est de couleur noire et blanche ou tricolore (noir, blanc et feu).

Une fois le chiot choisi, place aux formalités. L’identification des chiots est obligatoire (par tatouage ou par puce électronique) pour la vente qui ne doit pas se faire avant huit semaines d’âge. Le naisseur des chiots est tenu de se charger du changement de propriétaire qui lui coûte trois euros et fournit carnet de vaccination et attestation de vente. Pour les factures, la TVA est à 5,5 %.

VACCINS À JOUR

On recommande aux vendeurs de fournir également une fiche sur la race et les besoins de l’animal (rappel des vaccins, vermifuge, nourriture) et un bulletin d’adhésion au club de race. Il peut être joint une photocopie des résultats concernant les examens oculaires et de dysplasie des parents et une fiche individuelle d’examen (certificat de bonne santé) si le cédant n’est pas détenteur du certificat de capacité en élevage canin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre