Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Choisir le bon chiot pour protéger son troupeau

L’efficacité du chien de protection tient de son éducation avant tout mais son origine est également importante.

Il faut que le chiot soit né dans un troupeau. Ainsi, c'est un  environnement qu'il connaît et où il se sent en sécurité. © B. Morel
Il faut que le chiot soit né dans un troupeau. Ainsi, c'est un environnement qu'il connaît et où il se sent en sécurité.
© B. Morel

« Le chiot doit impérativement être né dans un troupeau et c’est pour le mieux si ses parents travaillent bien », rappelle Rémi Bahadur, référent chien de protection et utilisateur lui-même. Les parents doivent être équilibrés, ni trop distants des hommes, ni trop collants. Dans une portée, le choix ne doit pas se tourner vers les extrêmes non plus, il faut éviter de prendre le chiot trop sûr de lui qui va être compliqué à canaliser plus tard et qui aura moins besoin de la présence des brebis pour se sentir bien. À l’inverse, le chiot trop peureux sera très fixé au troupeau, mais n’osera pas en sortir pour le défendre. Il faut ensuite veiller à ce que le chiot soit sain et bien conformé, sans boiterie ni décalage de mâchoires. Il existe 24 races reconnues de chien de protection, « tous les pays qui font de l’élevage extensif ont un peu leur race nationale », détaille le référent jurassien, originaire des Pyrénées. Ces races ont toutes en commun leur morphologie : un gros gabarit, un faciès qui leur permet d’être acceptés dans le troupeau (le museau et les oreilles pointues rappelant les prédateurs), un caractère placide et un pelage clair. Dans toutes ces races, il y a des bons chiens, les différences de comportement étant plutôt dues au caractère individuel du chien et non à la race. Si l’éleveur souhaite acquérir plusieurs chiens, il est bon de combiner des caractères différents. En effet, avec deux chiens, l’un peureux qui donne l’alerte facilement et un plus téméraire qui n’hésitera pas à sortir du troupeau, la protection peut être optimale. Pour un bon chiot pucé et vacciné, il faut compter en moyenne 400 euros, sachant que les subventions de l’État pour la protection des troupeaux sont de 325 euros pour un chien. « Attention, les races de chien de protection inscrites au LOF (livre des origines français) ne prennent en compte que les critères de beauté et pas les aptitudes de travail », avertit Rémi Bahadur. Il vaut mieux acheter chez un éleveur qui utilise des chiens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre