Aller au contenu principal

Choisir le bon chiot pour protéger son troupeau

L’efficacité du chien de protection tient de son éducation avant tout mais son origine est également importante.

Il faut que le chiot soit né dans un troupeau. Ainsi, c'est un  environnement qu'il connaît et où il se sent en sécurité. © B. Morel
Il faut que le chiot soit né dans un troupeau. Ainsi, c'est un environnement qu'il connaît et où il se sent en sécurité.
© B. Morel

« Le chiot doit impérativement être né dans un troupeau et c’est pour le mieux si ses parents travaillent bien », rappelle Rémi Bahadur, référent chien de protection et utilisateur lui-même. Les parents doivent être équilibrés, ni trop distants des hommes, ni trop collants. Dans une portée, le choix ne doit pas se tourner vers les extrêmes non plus, il faut éviter de prendre le chiot trop sûr de lui qui va être compliqué à canaliser plus tard et qui aura moins besoin de la présence des brebis pour se sentir bien. À l’inverse, le chiot trop peureux sera très fixé au troupeau, mais n’osera pas en sortir pour le défendre. Il faut ensuite veiller à ce que le chiot soit sain et bien conformé, sans boiterie ni décalage de mâchoires. Il existe 24 races reconnues de chien de protection, « tous les pays qui font de l’élevage extensif ont un peu leur race nationale », détaille le référent jurassien, originaire des Pyrénées. Ces races ont toutes en commun leur morphologie : un gros gabarit, un faciès qui leur permet d’être acceptés dans le troupeau (le museau et les oreilles pointues rappelant les prédateurs), un caractère placide et un pelage clair. Dans toutes ces races, il y a des bons chiens, les différences de comportement étant plutôt dues au caractère individuel du chien et non à la race. Si l’éleveur souhaite acquérir plusieurs chiens, il est bon de combiner des caractères différents. En effet, avec deux chiens, l’un peureux qui donne l’alerte facilement et un plus téméraire qui n’hésitera pas à sortir du troupeau, la protection peut être optimale. Pour un bon chiot pucé et vacciné, il faut compter en moyenne 400 euros, sachant que les subventions de l’État pour la protection des troupeaux sont de 325 euros pour un chien. « Attention, les races de chien de protection inscrites au LOF (livre des origines français) ne prennent en compte que les critères de beauté et pas les aptitudes de travail », avertit Rémi Bahadur. Il vaut mieux acheter chez un éleveur qui utilise des chiens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

"On avait tous un paysan dans la famille"
"On avait tous un paysan dans la famille"
Victorine Alisse a mené une vraie enquête de cœur pour retrouver et photographier une vingtaine d’ancien(ne)s paysan(ne)s. Forte…
Les achats d'aliments concentrés représentent généralement une part importante des coûts de production.
Face à l’inflation, une aide publique pour l’alimentation animale
La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant ce conflit.…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
Sur le site de Laqueuille en Auvergne, les équipes de l'Inrae ont remarqué que les brebis appréciaient les buissons de genêts. Cela a permis d'ouvrir le milieu et facilité le passage des bovins.
Une gestion optimisée de l’herbe avec vaches et moutons
Les brebis trient, les vaches mangent à peu près tout et la valorisation des parcelles n’en est que meilleure. La complémentarité…
Les 120 meilleurs Border Collie  d’Europe en compétition en Vendée
Du 25 au 28 août 2022 aura lieu le Championnat d’Europe de chiens de troupeau, où 18 nations présenteront huit de leurs meilleurs…
330 élevages ont été sélectionnés dans le projet Cap Protéine pour leur capacité à renforcer leur autonomie protéique et pour les leviers qu'ils ont mis en place.
Le printemps de l’autonomie protéique avec Cap Protéines
Cap Protéines lance le printemps de l’autonomie protéique. Le projet, issu du plan France Relance, proposera toute une série de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre