Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Choisir la clôture adaptée à son pâturage

L’herbe est précieuse et le découpage des parcelles reste la solution la plus efficace pour ne pas la gaspiller. Le point sur les types de clôtures, leurs coûts et leurs modes d’utilisation, témoignages à l’appui.

© L.Sagot Ciirpo

En élevage ovin allaitant, le type de clôture le plus couramment utilisé pour contenir les animaux est le grillage à mouton appelé également ursus. Il présente l’avantage d’être particulièrement fiable parce qu’il est imperméable aux adultes comme aux jeunes agneaux.

Pour de nombreux éleveurs, le grillage reste une « assurance tranquillité », adapté de surcroît à tous les types de terrain.De plus, durant la quinzaine d’années de sa durée de vie, il nécessite peu d’entretien. Cependant, le grillage à mouton reste la clôture la plus onéreuse avec un coût estimé de 1,3 à 1,5 euro le mètre. Moins utilisée, la clôture électrique fixe est deux à trois fois moins chère avec 0,5 à 0,8 euro le mètre. Elle présente l’avantage d’une pose rapide, avec des fils lisses très résistants dans le temps, à condition d’installer solidement les poteaux de départ et d’angle.Une fois qu’ils ont intégré la peur du courant, les animaux adultes respectent la limite de la clôture électrique,mais il faut l’entretenir tous les ans et veiller à la bonne marche de l’électrificateur et de la prise de terre. Cela reste par contre beaucoup moins vrai pour les agneaux ou des animaux non initiés. R

RECOUPER LES PARCELLES POUR LES FAIRE MIEUX PÂTURER

Les clôtures électriques mobiles sont installées pour une durée limitée. Elles sont réalisées avec du matériel léger et doivent être faciles à mettre en place et à enlever. Leur coût est intermédiaire, entre le grillage à mouton et la clôture électrique fixe, entre 0,8 à 0,9 euro le mètre. Elles restent principalement utilisées pour recouper les parcelles, dans un objectif de mieux les pâturer, pour clôturer des cultures dérobées, des parcours ou des bois ou bien encore constituer des parcs de nuit en estives. Plusieurs systèmes de pose existent sur le marché, allant de la pose manuelle à celle aidée d’un quad, en passant par la brouette.Dans cette catégorie, le filet est surtout utilisé en appoint. Son coût reste élevé avec 1,1 à 1,3 euro le mètre. Dans ce dossier, un point sur ces différents types de clôtures avec des conseils pratiques d’utilisation. Des éleveurs utilisateurs nous font part de leur expérience.

La suite dans le dossier du numéro d'octobre de votre revue Pâtre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre