Aller au contenu principal

Jérôme Bouet en Maine et Loire
Ces nouveaux installés qui ont réussi

Après cinq ans de salariat et une formation spécialisée en production ovine, Jérôme Bouet a repris l’exploitation familiale.

L'exploitation du « Grand Ry » à Rochefort sur Loire, Jérôme Bouet la connaît parfaitement. Son père a commencé la production ovine en 1985, après la cessation en vaches laitières. « Je l'ai toujours aidé mais je n'ai commencé à m'intéresser vraiment à la production ovine qu'à l'âge de 20 ans », explique-t-il. Après des études générales, Jérôme travaille comme salarié dans une coopérative puis une exploitation viticole pendant cinq ans. « Je me suis vite rendu compte que je n'étais pas fait pour rester salarié toute ma vie, ajoute l'éleveur. Puisque j'en avais l'occasion lorsque mon père serait à la retraite début 2008, j'ai préparé mon installation dès 2006 en passant un BPREA polyculture-élevage à Segré (Maine et Loire). » Mais la formation est très orientée sur les vaches laitières. A l'issue, Jérôme se renseigne sur les formations plus spécifiquement ovines. Il opte alors pour un certificat de spécialisation à Montmorillon. « Mon père n'était pas encore à la retraite et je désirais me former davantage. Je voulais voir autre chose que les systèmes de ma région et je n'ai pas été déçu. J'ai beaucoup appris dans ce grand bassin allaitant. Nous avons visité de nombreux élevages, avec des installations variées », se rappelle Jérôme.

Simplifier le travail

Bernard Bouet a lui aussi préparé l'installation de son fils. Il a continué à travailler sur la génétique et le troupeau de 500 brebis est particulièrement productif. « Je suis content que mon fils se soit installé mais un peu inquiet tout de même compte tenu de la conjoncture en ovins comme dans toutes les productions d'ailleurs. » Les 72 hectares de l'exploitation sont groupés autour des bâtiments et Jérôme n'envisage pas d'agrandissement de la surface. Il opte par contre pour des investissements pour se simplifier le travail au quotidien. « Mon père vient me donner un coup de main pour toutes les manipulations, indique Jérôme, mais j'étudie des possibilités de contention pour travailler tout seul. »

Environ 25 % des agneaux sont aujourd'hui commercialisés en vente directe avec un supermarché du département et Jérôme souhaiterait également développer cette activité. Il cherche également à améliorer les résultats de son troupeau. « En 2009, j'ai produit 1,4 agneau par brebis et j'aimerais augmenter le taux de fertilité sur éponge, conclut Jérôme. Quatre fois par an, notre technicien ovin de la Chambre d'agriculture organise des réunions de travail entre jeunes éleveurs. Cela nous permet de comparer nos résultats et de réfléchir à nos marges de progrès. »

 www.reconquete-ovine.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Le pic de pousse d'herbe a connu quelques semaines de retard en cette fin de printemps.
Le pic de pousse d'herbe s’est fait attendre ce printemps
La fraîcheur du mois de mai a ralenti la pousse de l’herbe. Tour de France des régions et conseils de prairies avec le service…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre