Aller au contenu principal

« Berger, tondeur et formateur, je vis de ma passion des ovins »

Issu d’une famille de marins à Saint-Malo, Estéban Gueneuc, 35 ans, s’est installé dans le Cantal, à Neussargues en Pinatelle, pour devenir berger et vivre de sa passion des ovins.

Estéban, berger, tondeur, formateur, en train de partager sa passion avec sa fille Coline.
Estéban, berger, tondeur, formateur, en train de partager sa passion avec sa fille Coline.
© CS ovin de Saint-Flour

 

Lorsque je suis arrivé dans le Cantal, je travaillais dans le monde de l’animation et de la protection de l’enfance, à mille lieues des brebis et de l’agriculture. Enfant, j’inventais des stratagèmes pour aller aider mon voisin qui élevait des brebis et des vaches. J’avais plaisir à travailler avec les ovins et en 2012, j’achetais mes trois premières brebis de race Cameroun. Attaché à la montagne et aux ovins, l’envie d’être berger m’est apparue comme une évidence. J’avais conscience de la technicité, des connaissances et de la pratique que j’allais devoir acquérir pour me reconvertir avec succès. J’ai alors intégré le CS ovin à Saint-Flour en 2018-2019 par la voie de la formation continue.

Une formation pour relier la théorie à la pratique

Cette formation m’a permis d’atteindre mes objectifs et de faire évoluer mon projet, de relier la théorie à la pratique, voir ce qu’il faut faire, et surtout ne pas faire ! J’ai pu aussi rencontrer des éleveurs, des professionnels, et me constituer un réseau que j’utilise encore aujourd’hui pour le travail et avancer techniquement. Au fil des rencontres, mon projet s’est étendu. Je voulais toujours être berger, mais garder un lien avec les éleveurs en réalisant la tonte et le parage des onglons. Lors de la formation, je me suis intéressé à l’éducation du chien de troupeau, aujourd’hui auxiliaire indispensable dans mon activité.

Berger, c’est travailler avec l’environnement

À l’issue de ma formation, je connaissais mes acquis et mes faiblesses, et mon besoin d’acquérir plus d’expérience. Je réalisais cependant mon rêve en devenant berger dans le cadre d’un programme d’amélioration pastorale avec une petite troupe ovine. Berger, ce n’est pas que garder les brebis, c’est préserver le milieu et surtout ne pas dégrader son environnement. « La montagne donne à manger aux brebis, et les brebis donnent à manger à la montagne ! ». J’aime l’idée de poursuivre le travail de l’éleveur en estive, et leur rendre de bonnes brebis.

Un de mes formateurs m’a appris à tondre et je me passionne aujourd’hui pour la valorisation de la laine qui est une matière noble. Cela me tient à cœur. Je rencontre, partage, découvre avec les éleveurs. Pratiquant le judo, j’aime le caractère sportif de la tonte et sa technicité.

J’enseigne aujourd’hui en CS ovin pour transmettre à mon tour mes connaissances et mon expérience. Je ne m’attendais pas à être formateur un jour ! J’apprends aussi tous les jours grâce aux apprentis que j’encadre.

Aujourd’hui, toutes ces activités me permettent de concilier ma vie professionnelle et familiale, et de m’occuper de ma petite fille Coline. Je vis de ma passion et je la partage.

Berger : un métier à plusieurs facettes

Ce métier ancestral a évolué, et demande au berger prendre en compte les aspects sociaux, environnementaux, économiques. Le berger doit nourrir et prendre soin de son troupeau pour permettre aux éleveurs de refaire leurs stocks et de récupérer leurs brebis en bonne santé et en bon état. Le travail de l’éleveur et celui du berger sont ainsi complémentaires.

La montagne est partagée. Le berger doit communiquer, faire comprendre les usages, expliquer le fonctionnement de l’estive, du troupeau ovin. Lui revient également la gestion de l’estive, dans toute sa complexité, il doit optimiser le pâturage, tout en préservant et pérennisant les milieux.

Tout ceci vient expliciter et améliorer l’image de la production ovine auprès du grand public et des consommateurs.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre