Aller au contenu principal

Au programme, les brebis de A à Z

L’objectif est d’apporter aux apprenants une « culture ovine ». Les cours alternent avec les visites, les travaux pratiques et les stages en élevages.

La théorie pure, c’est fini quand on intègre un certificat de spécialisation ovin ! Désormais, même les cours en centres de formation sont en lien direct avec la réalité des élevages. Et lorsque les apprenants en sortent, ils sont directement opérationnels sur le terrain, pour s’installer ou bien devenir salarié en exploitations ou bien dans une structure de développement.

Pour les stagiaires en formation continue, la formation est composée de 13 ou 16 semaines en centre et de 12 semaines en entreprise (en élevages principalement). Pour ceux qui choisissent l’apprentissage, 36 à 39 semaines chez le maître d’apprentissage alternent avec les 13 ou 16 semaines en centre de formation.

Du concret et de la pratique sous l’œil expert du formateur

Les semaines passées au centre de formation pour adultes sont organisées en modules avec une thématique par semaine. Y sont abordés : les bâtiments, l’alimentation, la santé, la sélection, la reproduction, la contention et les équipements, la production fourragère et le bilan fourrager, l’agnelage, la tonte, le chien de troupeau, les manipulations et l’analyse technico-économique. Chaque semaine, se succèdent un apport de connaissances théoriques et scientifiques et des séances de travaux pratiques, qui se déroulent sur l’exploitation du lycée agricole ou bien dans des élevages.

De nombreuses visites sont également organisées dans les structures régionales et au-delà. « Au fil des sorties qui sont organisées, les apprenants vont rencontrer une partie des gens qu’ils ont pu voir dans Pâtre, ajoute André Dirand, formateur. Ils vont se créer un réseau de contacts d’éleveurs, de techniciens et de vétérinaires. C’est une ouverture énorme ! ». « Ce concept nous permet de visiter de nombreux élevages, de comparer des systèmes de production, de découvrir des savoir-faire et des astuces qu’on ne trouve pas dans les livres, témoigne Isabelle Decombe, une ancienne stagiaire. Les témoignages et les ressentis des éleveurs qui nous accueillent sont également riches d’enseignement. Chaque visite est également décryptée avec les points forts et les points faibles, tout cela sous l’œil expert de notre formateur ».

Des formations « express »

Les centres de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) proposent également des formations courtes (allant d’une journée à deux semaines) sur des thématiques variées. Vous en trouverez une liste complète sur www.idele.fr et www.inn-ovin.fr.

Combien ça côute

Se former en étant payé ?

Selon la région dans laquelle se situe le centre de formation et la situation professionnelle de la personne intéressée par un certificat de spécialisation, plusieurs modes de financement de la formation sont possibles par le conseil régional, pôle emploi, des fonds de congés individuel de formation… Les formateurs ont toutes les informations nécessaires. Pour ce qui est de l’apprentissage où l’apprenant est rémunéré, le maître d’apprentissage doit contacter le centre de formation des apprentis du département (CFA). Là encore, les coûts sont très variables selon les situations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre