Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Amélioration génétique des ovins
Après l´arrêt de Berry-Test : le testage continue.

Le programme national de testage des béliers se réorganise autour des Unions de Coopératives Insemovin et Fédatest.


Jusqu´en 2002, l´évaluation sur descendance des aptitudes bouchères était entièrement réalisée par la Station nationale de Berry-Test située près de Bourges. Ce troupeau d´environ 1300 brebis de race Inra 401, conduit en rythme d´agnelage accéléré, servait de support aux 8 grandes races bouchères pour tester leurs béliers d´insémination. Pendant 25 ans, la station a évalué environ 75 béliers par an et a constitué, grâce à l´implication forte de l´Inra, un outil précieux pour le développement de la génétique ovine.

Berry-Test, qui avait été constitué par les Upra des races lourdes, puis s´était ouvert, dans la dernière décennie, aux Organisations de Producteurs, souffrait d´une grande hétérogénéité d´engagement de ses membres et globalement d´un manque d´implication technique et financière. La Station était malheureusement, dans l´esprit de beaucoup, un prestataire de service pour le compte des Upra, plus qu´un outil collectif de création et de diffusion du progrès génétique de la filière ovine. C´est sans doute ce qui a conduit, au-delà de difficultés plus conjoncturelles, vers la décision d´interrompre l´activité de Berry-Test.
L´enjeu est maintenant d´organiser des partenaires, Upra et Organisations de producteurs, partageant les même objectifs et capables de mettre en place un dispositif d´amélioration génétique cohérent, plus ambitieux en nombre de béliers testés et rentable grâce à une diffusion beaucoup plus importante de reproducteurs qualifiés.
©D. R.


Un projet pour produire 10 000 béliers
Après concertation avec les Upra et avec leurs Organisations de Producteurs, les Unions de coopératives Insemovin (pour le Limousin et le Centre-Ouest) et Fedatest (pour le grand Sud) ont proposé à la Commission Nationale d´Amélioration Génétique, en 2003, un programme visant à tester 120 béliers d´ici 5 ans et à produire 10 000 béliers correspondant aux demandes de la filière, à partir de bases de sélection accrues.
Ce projet, appuyé par l´Institut de l´élevage, a reçu l´agrément du ministère de l´Agriculture et le soutien financier de l´Ofival.
Pour ce nouveau dispositif de sélection des changements sont organisés. Insemovin et Fedatest mettent en place, chacun en leur sein, une structure paritaire Upra - Organisations de producteurs, qui prendra valeur d´Unité de Sélection, pour organiser d´une part le schéma de sélection autour du testage sur descendance et d´autre part la production et la diffusion des reproducteurs.

Le financement du programme, hors subventions publiques, est assuré à égalité par les Upra et les Organisations de producteurs.
Le dispositif technique d´évaluation sur descendance associe des réseaux d´élevages support de testage (élevages du Limousin et du Poitou-Charentes pour Insemovin, élevages laitiers de l´Aveyron pour Fedatest) à la station Fedatest de Langeac en Haute-Loire. Ce système, qui a été validé par une large expérimentation conduite par l´Institut de l´élevage et l´Inra, repose sur un protocole identique à celui de Berry-Test : regroupement des agneaux au sevrage dans des ateliers d´engraissement, abattages à poids fixé, mesures sur carcasses en abattoirs.

Où en est-on ?
Le testage ne s´est pas interrompu. En 2002, 42 béliers ont été testés dans ce cadre et en 2003, 73 béliers ont pu être mis en testage, dans les races Berrichonne du Cher, Ile de France, Charollaise, Rouge de l´Ouest, Texel, Suffolk et Vendéenne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre