Aller au contenu principal

Amélioration génétique des ovins
Après l´arrêt de Berry-Test : le testage continue.

Le programme national de testage des béliers se réorganise autour des Unions de Coopératives Insemovin et Fédatest.


Jusqu´en 2002, l´évaluation sur descendance des aptitudes bouchères était entièrement réalisée par la Station nationale de Berry-Test située près de Bourges. Ce troupeau d´environ 1300 brebis de race Inra 401, conduit en rythme d´agnelage accéléré, servait de support aux 8 grandes races bouchères pour tester leurs béliers d´insémination. Pendant 25 ans, la station a évalué environ 75 béliers par an et a constitué, grâce à l´implication forte de l´Inra, un outil précieux pour le développement de la génétique ovine.

Berry-Test, qui avait été constitué par les Upra des races lourdes, puis s´était ouvert, dans la dernière décennie, aux Organisations de Producteurs, souffrait d´une grande hétérogénéité d´engagement de ses membres et globalement d´un manque d´implication technique et financière. La Station était malheureusement, dans l´esprit de beaucoup, un prestataire de service pour le compte des Upra, plus qu´un outil collectif de création et de diffusion du progrès génétique de la filière ovine. C´est sans doute ce qui a conduit, au-delà de difficultés plus conjoncturelles, vers la décision d´interrompre l´activité de Berry-Test.
L´enjeu est maintenant d´organiser des partenaires, Upra et Organisations de producteurs, partageant les même objectifs et capables de mettre en place un dispositif d´amélioration génétique cohérent, plus ambitieux en nombre de béliers testés et rentable grâce à une diffusion beaucoup plus importante de reproducteurs qualifiés.
©D. R.


Un projet pour produire 10 000 béliers
Après concertation avec les Upra et avec leurs Organisations de Producteurs, les Unions de coopératives Insemovin (pour le Limousin et le Centre-Ouest) et Fedatest (pour le grand Sud) ont proposé à la Commission Nationale d´Amélioration Génétique, en 2003, un programme visant à tester 120 béliers d´ici 5 ans et à produire 10 000 béliers correspondant aux demandes de la filière, à partir de bases de sélection accrues.
Ce projet, appuyé par l´Institut de l´élevage, a reçu l´agrément du ministère de l´Agriculture et le soutien financier de l´Ofival.
Pour ce nouveau dispositif de sélection des changements sont organisés. Insemovin et Fedatest mettent en place, chacun en leur sein, une structure paritaire Upra - Organisations de producteurs, qui prendra valeur d´Unité de Sélection, pour organiser d´une part le schéma de sélection autour du testage sur descendance et d´autre part la production et la diffusion des reproducteurs.

Le financement du programme, hors subventions publiques, est assuré à égalité par les Upra et les Organisations de producteurs.
Le dispositif technique d´évaluation sur descendance associe des réseaux d´élevages support de testage (élevages du Limousin et du Poitou-Charentes pour Insemovin, élevages laitiers de l´Aveyron pour Fedatest) à la station Fedatest de Langeac en Haute-Loire. Ce système, qui a été validé par une large expérimentation conduite par l´Institut de l´élevage et l´Inra, repose sur un protocole identique à celui de Berry-Test : regroupement des agneaux au sevrage dans des ateliers d´engraissement, abattages à poids fixé, mesures sur carcasses en abattoirs.

Où en est-on ?
Le testage ne s´est pas interrompu. En 2002, 42 béliers ont été testés dans ce cadre et en 2003, 73 béliers ont pu être mis en testage, dans les races Berrichonne du Cher, Ile de France, Charollaise, Rouge de l´Ouest, Texel, Suffolk et Vendéenne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre