Aller au contenu principal

Apprendre et transmettre en travaillant

Simon avait de besoin de main-d’œuvre sur l’exploitation et François avait besoin d’apprendre. Au cours de cette année d’apprentissage, chacun y a trouvé son compte et est prêt à continuer son chemin professionnel.

Pour François (à gauche) et Simon (à droite), cette année d’apprentissage aura été profitable. © Ciirpo
Pour François (à gauche) et Simon (à droite), cette année d’apprentissage aura été profitable.
© Ciirpo

Simon et François ont tous les deux choisi l’apprentissage : le premier pour transmettre, le second pour apprendre. Et si tous les deux sortent satisfaits de cette expérience, c’est qu’elle correspondait bien à leurs attentes.

Septembre 2015 : Simon Cuillerdier, éleveur à Saint-Priest-Ligoure dans la Haute-Vienne est à la tête de 1 200 brebis sur 185 hectares. Son père avec qui il était associé depuis son installation est à la retraite depuis le 1er janvier 2016. Alors bien sûr, il a besoin de main-d’œuvre. « Cela fait quatre ans que je prends des apprentis avec pour objectif de m’associer avec lui ou bien de le garder comme salarié, explique Simon. Pour le moment, je n’ai pas trouvé la bonne personne alors je continue. J’ai ainsi des contacts avec les formateurs et les enseignants des structures d’enseignement de mon département ».

L’apprentissage, un tremplin pour l’installation

François Boulesteix, originaire de Limoges, a comme formation un brevet de technicien supérieur et une licence « suivi global de l’élevage ». Il a en projet à court terme de s’installer avec son cousin actuellement technicien ovin à Montrol Sénard. « Au cours de mes études, je n’ai acquis que de la théorie, indique François. J’avais besoin de suivre un cycle d’une année complète de production d’une brebis. J’ai contacté le CFPPA de les Vaseix-Bellac en Haute-Vienne dans l’intention de suivre le certificat de spécialisation ovine par apprentissage ».

À plein-temps de mai à septembre

Septembre 2016 : l’année d’apprentissage de François et Simon touche à sa fin. Depuis, François s’est installé avec son cousin comme prévu. Ils ont 100 brebis et attendent de pouvoir augmenter la taille de la troupe avec la reprise de surfaces supplémentaires, François cherche du travail. « J’ai appris plein de choses en particulier sur le sanitaire, témoigne-t-il. Je sais maintenant reconnaître un animal malade et lui administrer le traitement qu’il faut. Chez Simon, je travaillais en autonomie et j’effectuais les mêmes tâches que lui ».

Simon confirme : « il apprend vite et il sait maintenant faire beaucoup de choses. Je savais dès le départ que notre collaboration s’arrêterait à la fin du contrat car son exploitation est trop éloignée de la mienne. Je vais certainement reprendre un autre apprenti. C’est enrichissant de travailler avec de nouvelles personnes. Et puis, c’est dynamique de travailler avec des jeunes. Cela m’a coûté 1 100 € par mois, ce qui peut paraître élevé car de novembre à avril, les apprentis ne sont là qu’à mi-temps et pas forcément quand on n’a besoin d’eux. Toutefois, la région m’a versé 2 000 € d’aide et j’ai eu une réduction d’impôts. Et de mai à septembre, François est resté à plein-temps sur l’exploitation. Cela m’a permis de partir en vacances car je sais que je peux compter sur lui pour s’occuper du troupeau ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre