Aller au contenu principal

Abattage à la ferme : réalité ou utopie ?

L’abattage à la ferme serait une solution pour limiter les transports d’animaux, mieux contrôler le bien-être animal et maîtriser la production. Encore faut-il un encadrement adapté. Confrontation.

Les abattoirs sont soumis à de nombreuses réglementations et des dérogations conduiraient à des distorsions de concurrence. © L. Geoffroy
Les abattoirs sont soumis à de nombreuses réglementations et des dérogations conduiraient à des distorsions de concurrence.
© L. Geoffroy

Le débat fait rage depuis de nombreuses années, opposant pouvoirs publics, éleveurs et acteurs de la filière viande. Les abattoirs ne sont plus que 265 en France, contre 350 il y a vingt ans. Les établissements municipaux ferment les uns après les autres, laissant la place aux quelques abattoirs privés résistants. Et la réglementation française reste une barrière difficilement franchissable pour les plus petites structures qui ne peuvent assumer financièrement les nombreuses et (trop) fréquentes mises aux normes sanitaires ou environnementales. Suite aux États généraux de l’alimentation, Emmanuel Macron avait annoncé le besoin de redéployer des outils d’abattage sur le territoire. Une proposition, parmi d’autres, serait d’autoriser l’abattage à la ferme pour les éleveurs se retrouvant dans une zone vide d’abattoir. Cela permettrait des économies de temps, d’argent, de carburant, une augmentation du confort de l’éleveur et du bien-être de ses animaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd al-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an dernier pourrait inspirer le déroulé de celui de cette année. © A. Villette
L’Aïd-el-Kébir se réinvente avec des drives ou des commandes groupées
Le ramadan se termine le jeudi 13 mai. L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd-el-Adha) se tiendra, lui, aux alentours du lundi 19 juillet en 2021…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre