Aller au contenu principal

Index 2008/03
ZOOM SUR LES NOUVEAUX TAUREAUX LAITIERS DU CRU 2008

Du nouveau mais les fils de Morty, Champion, Négundo… se font attendre en Prim’Holstein. La variabilité est au rendez-vous en Montbéliarde et les Normands s’illustrent en potentiel laitier.

Retrouvez tous les tableaux et commentaires sur les sorties d'index des races laitières dans les numéros 216 (juillet-août 2008) et 217 (septembre 2008) de Réussir Lait Elevage. 

Attention, contrairement aux années précédentes, la sortie d’index de juin n’a pas subi de changement de base. En effet, à la demande de la profession, le changement de base pour le calcul des index a été reporté à la première indexation de 2009. Autrement dit, toutes les variations à la baisse pour un taureau sont uniquement imputables aux évolutions de ses propres index.

Autre nouveauté : l’Institut de l’élevage a publié en juin deux nouveaux index fonctionnels pour les taureaux : la vitalité de leurs veaux à la naissance (VIN) et la vitalité des veaux au vêlage de leurs filles (VIV). Compte tenu de la faible variabilité constatée chez les anciens taureaux et de l’absence d’informations pour les plus jeunes, ces index n’ont pas fait l’objet de commentaires particuliers à l’occasion de cette sortie d’index.

■ En Prim’Holstein, Rémy Vermès, de Prim’Holstein- France, évoque une sortie en demi-teinte en raison notamment du nombre peu élevé de « cracks » et de l’absence de fils des jeunes pères à taureaux attendus, comme Morty et Champion à plus de 150 points d’ISU. Heureusement, quelques places sont prises par des fils de Finley, Garter, Merdrignac ou Forbidden.

■ Pas de « cracks » en Montbéliarde, mais des taureaux qui complètent bien les catalogues existants et, cerise sur le gâteau, la variabilité génétique est au rendez-vous, comme nous l’explique Philippe Maitre, de l’OS Montbéliard.

■ La sortie est très laitière en Normande et marquée par les fils de Léogran, note Pascal Milon, du GNA. Amélis a réalisé une très belle moisson avec pas moins de treize taureaux, dont onze diffusés, sur les seize nouveautés. À l’instar des années précédentes, les sorties d’index des races à plus petits effectifs seront commentées dans notre numéro de septembre. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière