Aller au contenu principal

XtremiA, un nouveau concept pour l’insémination

Trois coopératives d’insémination ont mis au point un nouveau protocole associant un nouveau pistolet d'IA et un constat échographique pré-inséminatoire.

On va enfin pouvoir apporter une nouvelle solution pour diminuer les problèmes de fertilité en élevage », expliquait Clément Gouby de la coopérative d’IA Cecna à l’occasion de la présentation du concept XtremiA. Ce dernier a été développé en partenariat avec les coopératives Codelia et Eliacoop, réunies au sein de la société Elexinn (start-up créée en 2012). Il permet grâce à un pistolet d’insémination novateur, d’aller déposer des spermatozoïdes au plus près du lieu de la fécondation à la jonction utéro-tubaire. Cela permet de préserver les spermatozoïdes et donc d'optimiser les chances de fécondation. « C’est un avantage pour améliorer les résultats lors de l’utilisation de semences sexées ou de micro doses  », précisait Agathe Decherf, ingénieur de recherche à Elexinn. Ce pistolet a également été présenté comme un intérêt évident pour le transfert embryonnaire en permettant de déposer l’embryon très en amont dans la corne utérine.

Sélection par échographie des vaches à inséminer

Mais XtremiA inclut aussi systématiquement un constat échographique pré-inséminatoire. « Après échographie, seuls les animaux qualifiés aptes par l'inséminateur seront inséminés pour optimiser les chances de réussite dès la première IA. » L’échographie a aussi pour objectif de déterminer sur quel ovaire se situe le follicule pré-ovulatoire pour déposer la semence au fond de la bonne corne utérine. Cette technique se traduit donc par la nécessité d’avoir des inséminateurs parfaitement formés à l'échographe puis à l’emploi du nouveau pistolet. Échographie puis insémination seront effectuées dans la foulée. « Il faut compter le double de temps par rapport à une IA classique et un surcoût de 15 euros par intervention », explique Hugues Dauzet, directeur de Codelia et Eliacoop. Autre aspect primordial pour obtenir de bons résultats, il faut pouvoir travailler sur des animaux très bien contenus.

Une diffusion possible sur tout le territoire

Dans l’actuel contexte de crise et de concentration du nombre d’élevages auxquels vient s’ajouter la progression régulière du nombre d’IA réalisées par les éleveurs, proposer cette technique novatrice est analysé comme un bon point pour maintenir l’activité de coopératives d'IA. « Les éleveurs sont en attente de nouveaux services. Les inséminateurs doivent conforter leur rôle d’expert en proposant du conseil, un savoir-faire et de nouveaux gestes techniques », expliquait Olivier Darasse, directeur de Cecna. « Quand des éleveurs font le choix d’investir dans des paillettes sexées plus coûteuses ils doivent pouvoir obtenir de meilleurs résultats que ce qui est le cas jusqu’à présent », ajoutait Thierry Bernard, inséminateur pour cette même coopérative. La diffusion du service est faite dans un premier temps sur les zones couvertes par les trois coopératives d’IA et dans un deuxième temps sur tout le territoire français en collaboration avec les entreprises de mise en place qui le souhaitent. La commercialisation à l’international se fait à partir de février 2016.

(1) www.xtremia.fr

Meilleur taux de gestation avec de la semence sexée

Le concept XtremiA a été testé par les trois coopératives. « On a observé une amélioration significative des résultats pour les IA réalisées avec de la semence sexée. Le taux de gestation est de 42,3% pour le lot témoin et passe à 48,73 pour le lot fécondé avec le procédé XtremiA », a souligné Agathe Decherf. En semence conventionnelle, l’amélioration n’est pas significative. Cette amélioration des résultats avec des semences sexées est très lié au nombre moins important de spermatozoïdes (environ 2 millions de spermatozoïdes contre 27 millions pour une paillette classique). Compte tenu de l'influence du type d'animaux inséminés, les coopératives ne s'engagent pas sur un taux de réussite à l'IA. Ces premiers résultats ont également permis de mettre en avant des différences selon les inséminateurs attestant de l’importance du savoir-faire de ce dernier dans la bonne maîtrise du geste.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière