Aller au contenu principal
Font Size

Votre laiterie vous incite à produire moins. Le faites-vous ?

Prime à la réduction de production, prix B incitant à lever le pied sur les volumes supplémentaires, accord prix contre volume... Dites-nous comment vous avez répondu à ces différents dispositifs. 

© C. Oudin

OUI. Je suis adhérent à une des douze OP Savencia qui a négocié la prime à la réduction des volumes collectifs livrés (lire n° 304 page 18). Il fallait que le volume total des OP baisse de 6% par rapport à la somme des références contractuelles, pour obtenir 20 euros/1000 litres sur le deuxième trimestre. Et c'est bon, nous l'avons obtenu ! J'ai joué le jeu ; j'ai freiné la production ce printemps. Mes vaches sont passées de 32 à 27 litres. Je n'ai plus donné de concentré. J'ai juste équilibré la ration à base d'herbe pâturée avec du maïs. Au final, ma marge a été confortée par le dispositif : la baisse de volume a été compensée par la prime, et j'ai économisé sur l'aliment acheté. Cet été, avec une pousse de l'herbe ralentie, la part de maïs a augmenté et j'ai remis du correcteur azoté. J'ajoute aussi du concentré de production bien que le prix du lait soit insuffisant, juste pour ne pas pénaliser la reproduction. 

OUI. Notre Gaec à quatre associés (633 000 litres à 70 vaches laitières, atelier viande et grandes cultures) était en sous réalisation de 7% en 2015. Les vaches ont souffert de la chaleur et elles ont eu des problèmes de boiterie. Elles ont donc moins produit de lait. Nous avons mis en place des solutions pour améliorer la situation. Avant l'accord conclu avec Triballat Rians (prix 2015 maintenu en échange d'une réduction de 5% de la production laitière - lire page XX), nous voulions augmenter notre production et faire notre référence. Avec l'accord, nous ne devons pas dépasser 95% de notre référence. Au-delà, l'accord prévoit que T. Rians ne collecte plus. Il faudra donc que nous freinions. Mais pas sur l'été, car nous visons la prime au lait d'été. À partir de septembre, nous allons davantage réformer de vaches, sur des critères de fécondité et de boiteries. Et tarir plus longtemps. Par contre, nous ne touchons pas à l'alimentation des vaches. Une année je l'ai fait, et elles ont trop perdu d'état. Donc, il y aura quelques vaches de moins à élever. Nous trouvons l'accord intéressant. Nous préfèrons produire moins et toucher un prix supérieur, avec un peu moins de travail. 

NON. Avec un prix B à 190 euros/1000 l ce printemps et 192 euros cet été, le signal donné par la coopérative Sodiaal est d'éviter de produire ce volume. Mais dans mon cas, avec l'achat anticipé d'un robot de traite en 2015 pour raison de santé, mon maître mot est de produire les volumes B que j'ai demandé (20 000 l pour 2015 et 80 000 l pour 2016), pour diluer les coûts liés à cet achat et le rentabiliser. Mais je le fais avec un coût de production le plus réduit possible (annuités et charges de structure maîtrisées, 71 €/1000 l de coût alimentaire). J'essaye de maintenir un maximum de pâturage pour les 50 vaches traites (32 paddocks de 70 ares autour de la stabulation). Même avec un robot, je donne peu de concentré : 90 à 100 g/l de correcteur et concentré de production. Chez Sodiaal, de août à octobre, tout le volume est payé en A. Donc je forcerai peut-être un peu plus en concentré. Par contre, cet automne hiver, si le prix B ne remonte pas, j'équilibrerai juste la ration de base. 

Question du mois suivant : Utilisez-vous du propylène glycol ? 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière