Aller au contenu principal

Viande bovine
Vers une plus grande dépendance de l´Union européenne en viande bovine ?

L´augmentation attendue du déficit de production dans l´UE pourrait provoquer une dépendance de plus en plus grande à l´égard d´un marché mondial spéculatif.


A moyen terme (horizon 2015), « l´Union européenne reste plus `menacée´ par une sous-production en viandes bovines et ovines que par des excédents ». Telle est la principale conclusion d´une analyse prospective sur le marché de la viande réalisée par le service économie de l´Institut de l´élevage (GEB). Certes, « le repli amorcé de la production de viande bovine devrait être atténué », essentiellement du fait, selon une hypothèse privilégiée dans cette étude, de la relance de la production laitière (hausse de 2 % l´an des quotas laitiers à partir de 2009-2010 et jusqu´en 2015), mais aussi en raison de « la moindre réduction du cheptel laitier ». Mais la tendance à la sous-production reste lourde. « Elle pourrait être de l´ordre de 3 % de 2006 à 2015 ».
Les économistes de l´Institut de l´élevage tablent par contre sur un maintien de la consommation globale de viande dans l´UE à 27.
Compte tenu de ces évolutions, la question de l´augmentation des importations de viande bovine du Mercosur ne se pose pas. Les vraies questions concernent plutôt son ampleur, le prix de la viande importée et les conséquences de ces importations sur l´autonomie de l´UE.
L´Union européenne reste plus « menacée » par une sous-production en viandes bovines et ovines que par des excédents. Telle est l´une des conclusions d´une enquête prospective du GEB. ©F. Mechekour

Baisse de 3 % de la production
Derrière la négociation OMC, « c´est l´avenir du troupeau allaitant et des filières d´engraissement en Europe qui se décidera ». Et pour cause : jusqu´ici, les importations de viandes bovines des pays tiers n´ont pas provoqué le repli de la production dans l´UE, « mais cela pourrait être le cas demain si celles-ci entraînaient un alignement des prix ou une instabilité décourageante ». Un tel scénario conduirait à une dépendance de plus en plus grande à l´égard d´un marché mondial spéculatif.
Pour en savoir plus
Perspectives offre-demande des viandes bovines et ovines dans l´UE à 27 à l´horizon 2015, Dossier économie de l´élevage, octobre 2007, numéro 371. Prix : 20 euros.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière