Aller au contenu principal

Vers une évaluation génomique de la résistance à la paratuberculose

Un projet de recherche pour déterminer s’il existe des gènes de résistance à la paratuberculose vient de se terminer.

La paratuberculose est une maladie de l'intestin, provoquant un amaigrissement des animaux bien qu'ils mangent normalement.
© J.-M.Nicol

Le programme baptisé Paradigm a été conduit en races Prim’Holstein et Normande. « Les résultats sont extrêmement prometteurs. Il y a clairement un déterminisme génétique assez fort de la paratuberculose. Il pourrait être tout à fait possible de proposer une évaluation génomique des individus pour l’utiliser en sélection », a affirmé Didier Boichard, de l’Inra, lors des Rencontres recherche ruminants en décembre dernier. L’étude a été réalisée grâce aux phénotypes d’animaux provenant de troupeaux en plan d’éradication et aux génotypage de ces animaux subcliniques ou cliniques.

Des résultats extrêmement prometteurs

Tout un travail pour caractériser les phénotypes et éliminer les animaux douteux a été réalisé. « Les corrélations entre phénotypes et génotypes se sont révélées très fortes, a souligné le chercheur. Il n’y a pas qu’un seul gène impliqué dans le mécanisme de résistance à la paratuberculose, mais au moins 3 QTL ». Des discussions sont en cours au sein du consortium de recherche pour donner une suite au projet. La condition indispensable pour mettre en place une sélection génomique est de construire une population de référence de taille suffisante pour chacune des deux races. À titre indicatif, sur les autres caractères, on dispose en Holstein de 200 000 animaux avec des phénotypes et génotypes inclus dans les prédictions.

Ces premiers résultats ouvrent des perspectives très intéressantes : la possibilité de sélectionner des animaux résistants par la voie mâle (à condition que ce critère n'interfère pas négativement avec les autres crtères de sélection), mais aussi de caractériser des animaux, même très jeunes, par un prélèvement pour génotypage. Dans les plans de maîtrise, cela permettrait de dépister et éliminer les animaux les plus sensibles, qui sont aussi probablement les plus excréteurs de la mycobactérie (MAP). En réduisant la contamination à la source, on gagnerait ainsi plusieurs années car la paratuberculose a un délai extrêmement long d’incubation. Or, ce sont les tout jeunes veaux qui s’infectent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière