Aller au contenu principal

Vers une évaluation génomique de la résistance à la paratuberculose

Un projet de recherche pour déterminer s’il existe des gènes de résistance à la paratuberculose vient de se terminer.

La paratuberculose est une maladie de l'intestin, provoquant un amaigrissement des animaux bien qu'ils mangent normalement.
© J.-M.Nicol

Le programme baptisé Paradigm a été conduit en races Prim’Holstein et Normande. « Les résultats sont extrêmement prometteurs. Il y a clairement un déterminisme génétique assez fort de la paratuberculose. Il pourrait être tout à fait possible de proposer une évaluation génomique des individus pour l’utiliser en sélection », a affirmé Didier Boichard, de l’Inra, lors des Rencontres recherche ruminants en décembre dernier. L’étude a été réalisée grâce aux phénotypes d’animaux provenant de troupeaux en plan d’éradication et aux génotypage de ces animaux subcliniques ou cliniques.

Des résultats extrêmement prometteurs

Tout un travail pour caractériser les phénotypes et éliminer les animaux douteux a été réalisé. « Les corrélations entre phénotypes et génotypes se sont révélées très fortes, a souligné le chercheur. Il n’y a pas qu’un seul gène impliqué dans le mécanisme de résistance à la paratuberculose, mais au moins 3 QTL ». Des discussions sont en cours au sein du consortium de recherche pour donner une suite au projet. La condition indispensable pour mettre en place une sélection génomique est de construire une population de référence de taille suffisante pour chacune des deux races. À titre indicatif, sur les autres caractères, on dispose en Holstein de 200 000 animaux avec des phénotypes et génotypes inclus dans les prédictions.

Ces premiers résultats ouvrent des perspectives très intéressantes : la possibilité de sélectionner des animaux résistants par la voie mâle (à condition que ce critère n'interfère pas négativement avec les autres crtères de sélection), mais aussi de caractériser des animaux, même très jeunes, par un prélèvement pour génotypage. Dans les plans de maîtrise, cela permettrait de dépister et éliminer les animaux les plus sensibles, qui sont aussi probablement les plus excréteurs de la mycobactérie (MAP). En réduisant la contamination à la source, on gagnerait ainsi plusieurs années car la paratuberculose a un délai extrêmement long d’incubation. Or, ce sont les tout jeunes veaux qui s’infectent.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière