Aller au contenu principal

Vers un prix du lait AOP en Auvergne

Les entreprises d’Auvergne ont accepté d’établir un prix du lait spécifique pour la part destinée aux AOP. Mais sa pérennisation dépendra du bon vouloir de la grande distribution.

Le prix AOP sera connecté au prix des fromages et non 
à la valorisation beurre-poudre.
Le prix AOP sera connecté au prix des fromages et non
à la valorisation beurre-poudre.
© Conseil Général du Puy-de-Dôme

Après la cotisation volontaire obligatoire en 2009 et une prime depuis 2013, un prix du lait spécifique pour les AOP est en train de voir le jour en Auvergne. Insatisfaits des systèmes de complément de prix, les producteurs, via la section AOP de la Frsea Massif central présidée par Michel Lacoste, ont réussi à convaincre la majorité des entreprises de mettre en place « un prix du lait AOP connecté au prix des fromages et non à la valorisation beurre-poudre. Pour 2014, nous avons formulé une revendication syndicale d’un prix de base d’au moins 380 euros. » Environ 90 % du lait destiné aux AOP sera payé sur cette base.


« Les volumes AOP progressent régulièrement »


Pour 2015, les choses s’annoncent plus complexes. Les producteurs demandent un maintien de ce niveau de prix. Mais, les perturbations des marchés laitiers incitent la grande distribution à négocier des baisses de tarifs des fromages. Ce que n’acceptent pas les producteurs auvergnats . « Malgré la crise, depuis deux ans, les fromages AOP d’Auvergne ne se sont jamais vendus aussi cher et les volumes progressent régulièrement », indique Michel Lacoste. Ils sont rentrés de nouveau en contact avec les transformateurs pour qu’ils « s’engagent plus fermement ». Mais aussi avec la grande distribution pour expliquer qu’une baisse du prix des fromages n’est pas acceptable. Des discussions sont programmées avec les différentes enseignes. « Nous avons eu une écoute assez positive chez certains. Nous sommes dans une logique de construction. » Mais la Frsea n’exclut pas de revenir « à de l’action syndicale pure et dure si elle n’arrive pas à se faire entendre. »
Toute la difficulté de la démarche vient du fait qu’elle ne peut plus se discuter dans un cadre collectif. « Nous négocions en bilatéral avec chaque entreprise en faisant le lien avec les OP pour le privé, détaille Michel Lacoste. Nous avons réussi à convaincre la quasi totalité d’entre elles de rentrer dans une démarche de prix du lait spécifique. Nous aimerions trouver une solution pour officialiser un peu plus leur positionnement sans risquer une quelconque amende. Mais nous n’avons aucun appui des pouvoirs publics dans ce sens. » Le contexte a changé dans la filière auvergnate depuis l’arrivée de Sodiaal, suite à la reprise du groupe 3A. Désormais leader des AOP fromagères d’Auvergne, le groupe coopératif est devenu « une référence pour les autres entreprises sous AOP ». Mais, aujourd’hui, chacun attend le 28 février pour savoir si les grandes enseignes auront compris que « l’avenir des producteurs auvergnats est entre les mains de la grande distribution. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière