Aller au contenu principal
Font Size

Viande bovine/Union européenne
Vers un léger déficit en 2008

Sans réforme de la Pac, l´Union européenne se dirige vers un léger déficit entre l´offre de viande bovine et la demande intérieure en 2008, selon une étude récente de l´Institut de l´élevage.


Si la Pac n´est pas modifiée, « le scénario le plus probable semble être celui d´une relative sous-production en viande bovine par rapport à la demande intérieure dans l´Union européenne en 2008 », prévoit le département économie de l´Institut de l´élevage, en se basant sur une consommation revenue à son niveau d´avant la dernière crise de l´ESB. Le léger recul de la consommation de viande par habitant (- 4 % entre 1999 et 2008) serait compensé par l´accroissement de la population.
Par contre, le maintien des quotas « n´empêchera pas l´augmentation des rendements par vache ». Le phénomène serait particulièrement net dans les pays d´Europe du nord où le progrès génétique est élevé (+ 150 kg par vache/an en moyenne). Le nombre de vaches laitières dans l´UE à quinze passerait donc de 20 millions de têtes en 2001 à 18,3 millions en 2006, soit une baisse de près de 2 millions de vaches. Les disponibilités en veaux laitiers pourraient ainsi reculer de 1,6 million de têtes z 2006. Dans le même temps, les effectifs de vaches allaitantes ne progresseraient que faiblement (12,4 millions en 2006 contre 11,9 millions en 2001).
©F. d´Alteroche

Les nouveaux adhérents seront aussi déficitaires
Globalement, la production de viande dans l´UE à 15 baissera d´environ 5 à 8 % par rapport à 1999 avec des reculs très nets en Allemagne (- 20 %) et dans les pays du nord de l´Europe.
Les nouveaux adhérents à l´UE seront également déficitaires en 2008 « sous l´effet d´une restructuration laitière sans perspective de croissance du troupeau allaitant et d´une légère reprise de la demande intérieure, notamment en Pologne ».
La grande inconnue concerne le retour de la viande des animaux de plus de 30 mois en provenance du Royaume-Uni. Mais elle ne devrait pas changer fondamentalement la donne.
Le département économie a également étudié l´impact du découplage total des aides sur les productions de viande bovine. De nombreux producteurs auront intérêt à produire moins, voire à arrêter. Par exemple, les engraisseurs de jeunes bovins dans les zones de culture à bon potentiel auront intérêt à s´orienter vers la production de céréales si le prix de la viande baisse de 20 % après 2004 par rapport à 1999, comme c´est prévu par l´Agenda 2000. Les producteurs de boufs et de génisses se retrouveraient dans le même cas.

Le niveau des charges fixes influencera également la décision de réduire ou d´arrêter la production de viande bovine lorsqu´elles les charges fixes tombent à un niveau très faible par rapport aux aides.
Les éleveurs laitiers seront concernés à deux titres par cette réforme. Ils retrouveraient une plus grande liberté à redévelopper des ateliers de viandes complémentaires. « A l´opposé, l´abandon de l´engraissement pourrait être favorisé en conjoncture incertaine par la poursuite du versement des aides acquises (PSBM, prime à l´abattage). »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière