Aller au contenu principal

Viande bovine/Union européenne
Vers un léger déficit en 2008

Sans réforme de la Pac, l´Union européenne se dirige vers un léger déficit entre l´offre de viande bovine et la demande intérieure en 2008, selon une étude récente de l´Institut de l´élevage.


Si la Pac n´est pas modifiée, « le scénario le plus probable semble être celui d´une relative sous-production en viande bovine par rapport à la demande intérieure dans l´Union européenne en 2008 », prévoit le département économie de l´Institut de l´élevage, en se basant sur une consommation revenue à son niveau d´avant la dernière crise de l´ESB. Le léger recul de la consommation de viande par habitant (- 4 % entre 1999 et 2008) serait compensé par l´accroissement de la population.
Par contre, le maintien des quotas « n´empêchera pas l´augmentation des rendements par vache ». Le phénomène serait particulièrement net dans les pays d´Europe du nord où le progrès génétique est élevé (+ 150 kg par vache/an en moyenne). Le nombre de vaches laitières dans l´UE à quinze passerait donc de 20 millions de têtes en 2001 à 18,3 millions en 2006, soit une baisse de près de 2 millions de vaches. Les disponibilités en veaux laitiers pourraient ainsi reculer de 1,6 million de têtes z 2006. Dans le même temps, les effectifs de vaches allaitantes ne progresseraient que faiblement (12,4 millions en 2006 contre 11,9 millions en 2001).
©F. d´Alteroche

Les nouveaux adhérents seront aussi déficitaires
Globalement, la production de viande dans l´UE à 15 baissera d´environ 5 à 8 % par rapport à 1999 avec des reculs très nets en Allemagne (- 20 %) et dans les pays du nord de l´Europe.
Les nouveaux adhérents à l´UE seront également déficitaires en 2008 « sous l´effet d´une restructuration laitière sans perspective de croissance du troupeau allaitant et d´une légère reprise de la demande intérieure, notamment en Pologne ».
La grande inconnue concerne le retour de la viande des animaux de plus de 30 mois en provenance du Royaume-Uni. Mais elle ne devrait pas changer fondamentalement la donne.
Le département économie a également étudié l´impact du découplage total des aides sur les productions de viande bovine. De nombreux producteurs auront intérêt à produire moins, voire à arrêter. Par exemple, les engraisseurs de jeunes bovins dans les zones de culture à bon potentiel auront intérêt à s´orienter vers la production de céréales si le prix de la viande baisse de 20 % après 2004 par rapport à 1999, comme c´est prévu par l´Agenda 2000. Les producteurs de boufs et de génisses se retrouveraient dans le même cas.

Le niveau des charges fixes influencera également la décision de réduire ou d´arrêter la production de viande bovine lorsqu´elles les charges fixes tombent à un niveau très faible par rapport aux aides.
Les éleveurs laitiers seront concernés à deux titres par cette réforme. Ils retrouveraient une plus grande liberté à redévelopper des ateliers de viandes complémentaires. « A l´opposé, l´abandon de l´engraissement pourrait être favorisé en conjoncture incertaine par la poursuite du versement des aides acquises (PSBM, prime à l´abattage). »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière