Aller au contenu principal

Vers la fin des vaches fistulées

Rumen artificiel et capteurs miniatures permettront peut-être à terme de ne plus avoir recours aux vaches canulées.

Un rumen alternatif. © Inra
Un rumen alternatif.
© Inra

Les vaches équipées de canules ont fait la Une des médias en juin dernier. Pourtant, elles sont de moins en moins utilisées pour la recherche, "pour des raisons économique, éthique et réglementaire, indique Jean-Baptiste Coulon, président du centre Inra Auvergne-Rhône-Alpes. À moyen terme, on espère pouvoir se passer des vaches canulées grâce aux techniques alternatives : la modélisation informatique pour certaines études, les rumens artificiels et les capteurs positionnés dans le tube digestif." Mais pour l’heure, seule l’expérimentation in vivo à l’aide de vaches canulées permet d’explorer la digestion complexe des ruminants, pour répondre aux enjeux d’efficacité alimentaire et d’impact environnemental.

Perfectionner encore le rumen artificiel

Les rumens artificiels sont utilisés depuis une vingtaine d’années. Ils sont plus ou moins perfectionnés, selon les besoins des études. Leur avantage est la possibilité d’analyser la cinétique de dégradation des aliments, mais aussi ce qui y est produit (gaz, acides gras volatils…), ce qui n’est pas possible avec les vaches canulées. "L’inconvénient est qu’il ne permet pas encore de mimer parfaitement le rumen, ne serait-ce que parce qu’il faut broyer préalablement tous les intrants avant de lancer les mesures. Le plus dur est de reproduire l’intégralité de la flore ruminale et le brassage", expose Jean-François Labarre, directeur technique chez CCPA, une firme service qui utilise comme d’autres cette méthode in vitro.

La recherche, en partenariat avec l’Inra, se poursuit pour arriver à un dispositif complet et totalement alternatif. "L’objectif est d’aboutir à une technologie qui fasse référence, et de trouver le lien entre les valeurs mesurées (évolution des nutriments, production de gaz…) et des valeurs nutritionnelles de référence (UF, PDI…)." En effet, pour l’instant, les valeurs issues des rumens artificiels permettent surtout de comparer des échantillons et donc de trier des solutions prometteuses, qui seront ensuite testées in vivo.

Les capteurs à faire avaler aux vaches et l’utilisation des nouveaux outils numériques sont une autre solution prometteuse en cours de développement. Cela permet d’avoir accès au système digestif sans chirurgie. Pour l’instant, encore peu de paramètres sont mesurés par cette méthode (pH, température…). Mais des programmes de recherche sont en cours à l’Inra sur ce sujet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière