Aller au contenu principal

Vaches de réforme laitières: des cours moroses mais un léger mieux

De fin mars à début mai, les abattages de réforme laitières ont été en légère hausse de +3% par rapport à l'année dernière.

© idele

En cumul sur les semaines 14 à 18, les abattages de réformes laitières ont été en légère hausse de + 3% par rapport à 2019. « Une hausse  liée probablement au message de limitation de production ce printemps de la filière », commente Philippe Chotteau, chef du du service Economie de l’institut de l’élevage. Sur cette même période, les abattages de vaches de réforme allaitantes ont reflué de 6%. 

+ 6 et + 7 cts/kg éc sur les vaches P et O

Les cours des vaches de réforme restent déprimés quelque soient les conformations. On enregistre une très forte baisse des vaches de réforme 0 ou P par rapport à l’année dernière, même si la deuxième quinzaine d’avril les cours ont repris 6 cts par kilo de carcasse à 2,72€/kg éc (-6%/2019)  pour la vache P, et 7 cts à 2,98 €/kg éc (-8%/2019) pour la vache 0. Une évolution à rapprocher des achats de steacks hâchés devenus prépondérants en grande surface, au détriment des pièces nobles. Les prix sont historiquement bas partout en Europe (Pologne, Irlande, Allemagne…)

Pour les Jeunes bovins, en cumul sur les semaines 11 à 18, les abattages de JB lait ont diminué de 19% par rapport à 2019, et ceux de JB viande de 7%. Après être descendue très bas, la cotation JB O a remonté fin avril de 4 cts à 3,20 €/kg (-3% / 2019). Les JB laitiers qui sont en baisse structurelle, sont peu demandés du fait du quasi arrêt des débouchés RHF, notamment fast-food.

A lire aussi :

Les prix des vaches de réforme baissent début avril

Donner du poids à votre produit viande

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière