Aller au contenu principal

Une vache sur dix cumule plus de trois « événements santé »

Les fièvres de lait représentent 11 % des "événements santé" enregistrés par BCEL Ouest.
Les fièvres de lait représentent 11 % des "événements santé" enregistrés par BCEL Ouest.
© J.-M. Nicol / archives


Depuis le 1er avril 2013, les deux organismes de conseil élevage bretons (BCEL Ouest et Eilyps) proposent un bilan O’dit santé à leurs adhérents. BCEL Ouest a fait une première analyse des données enregistrées depuis avril 2013 par les peseurs.
3500 élevages, soit un peu plus de la moitié des adhérents, ont noté des « événements santé » autres que les mammites. Parmi les 29 500 données recueillies, les boiteries arrivent en tête (37 % des données) devant les non-délivrances (22 %), les métrites (13 %), et les fièvres de lait (11 %). « Une vache sur dix a connu plus de trois problèmes de santé sur l’année. Et 25 % des vaches avec boiterie ont présenté une mammite, ainsi que 30 % des vaches n’ayant pas délivré », constate Yannick Saillard, vétérinaire conseil.


33 % des vaches d’un troupeau font au moins une mammite


BCEL Ouest s’est intéressé de plus près aux 1150 élevages jugés les plus exhaustifs (plus de 5 mammites et plus de 7 autres « événements santé » enregistrés). Près de la moitié des vaches de ces troupeaux (en moyenne de 62 vaches avec un niveau d’étable à 8 400 kg) ont
eu au moins un problème de santé enregistré.

« Dans ces élevages, 33 % des vaches ont fait au moins une mammite, et la fréquence des mammites (nombre de cas par an pour 100 vaches) s’élève à 58 %, souligne Yannick Saillard, en précisant que tous ces chiffres sont probablement en dessous de la réalité. La fréquence des boiteries est de 9 %. On augmente le risque de mammites de 20 % sur aire paillée, et le risque de boiteries de 20 % en logettes. Les différences observées sont statistiquement significatives. »

Autre constat : la fertilité se dégrade avec l’augmentation de la fréquence des maladies (+ 0,12 IA/VL et -3,4 % de taux réussite en 1re IA). Sur le plan économique, les frais vétos augmentent sensiblement avec la fréquence des mammites : +24 €/Vl entre les élevages à moins de 30 % de mammites et ceux à plus de 70 %, pour une moyenne de frais vétos qui se situe autour de 100 €/vache. Quant à la marge brute, elle se dégrade de 12 euros pour 1000 litres.


(1) Sur 6400 adhérents sur trois départements (22-29-56).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière