Aller au contenu principal

Une vache qui peut s’exprimer est plus fertile

Les conditions d’élevage permettant aux vaches d’exprimer correctement leurs comportements naturels améliorent le taux de réussite à l’insémination.

Les meilleurs élevages en termes de bien-être ont eu un intervalle vêlage-première insémination inférieur de 7 jours
© F. Mechekour

Les taux de non-retour en chaleurs à 90 jours sont significativement supérieurs lorsque les conditions d’élevage permettent aux vaches de bien exprimer leurs comportements naturels (59 % contre 54 %) ». Telle est l’une des conclusions d’une étude dédiée à l’influence du bien-être animal sur la fertilité des vaches laitières (1) présentée par Bénédicte Grimard de l’École vétérinaire d’Alfort aux Journées 3 R 2016. Quelque 1 428 résultats d’inséminations collectés dans 113 élevages laitiers représentatifs des différents systèmes au cours de l’hiver 2010-2011 ont été passés à la moulinette. Mais de façon assez surprenante, l’étude n’a pas permis de mettre en évidence « une différence de réussite à l’insémination entre les meilleurs élevages en note globale de bien-être et les moins bons ». Cette note est calculée à l’aide du protocole européen Welfare Quality. Cette dernière intègre des critères de santé, de qualité de logement, d’alimentation et de comportement des animaux.

Un intervalle vêlage-première IA plus court

Précisons que dans tous les élevages étudiés, les conditions de bien-être étaient au minimum acceptables. Reste que ce résultat est d’autant plus surprenant « que la santé des animaux a une influence avérée sur leur fertilité, notamment les pathologies utérines et les boiteries qui sont prises en compte dans la mesure du bien-être ». En revanche, « les meilleurs élevages en termes de note globale de bien-être ont un intervalle vêlage-première insémination inférieur de 7 jours (79 jours contre 86 jours) par rapport aux moins bons », précise Bénédicte Grimard. L’alimentation et la santé ont une influence significative contrairement à la qualité du logement et du comportement. L’analyse des données va se poursuivre pour décortiquer plus précisément l’impact de chaque critère pris en compte pour évaluer le bien-être animal.

(1) Collaboration entre VetAgroSup, Oniris, l’ENV Alfort et l’Unité mixte de recherche sur les herbivores de Clermond-Ferrand.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Florian Salmon. « La diversité des systèmes de production rend plus difficile l’investissement collectif en matériel. »  © F. Mechekour
« Je cible mes investissements sur l’atelier lait »
En Ille-et-Vilaine, Florian Salmon a misé sur des robots de traite, la délégation de la distribution de la ration des vaches, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière