Aller au contenu principal

Une situation financière très tendue pour 40% des exploitations

D’après l’observatoire de l’endettement et des trésoreries, 40% des exploitations laitières cumulent un fort endettement et une trésorerie nette globale négative en 2016.

La situation difficile de bon nombre d’exploitations laitières, mise en évidence les années passées, continue de s’aggraver en 2016. C’est ce qui ressort des résultats de l ’Observatoire de l’endettement et des trésoreries mis en place en 2013 par l’institut de l’élevage et la CNE en partenariat avec quatre centres de gestion(1). Les résultats portent sur 415 exploitations clôturant d’octobre à décembre 2014-2016: 238 élevages du Grand Ouest produisant en moyenne 386 000 litres de lait avec 1,5 UMO et 177 élevages de montagne (Cantal) produisant 287 000 litres avec 1,7 UMO.

L’EBE déjà insuffisant en 2015 est encore en baisse fin 2016 dans le Grand Ouest avec - 65 €/1000 litres en deux ans (soit - 34%). Il se stabilise en montagne avec toutefois une diminution de 54 €/1000 litres par rapport à 2014 (- 30 %). Les annuités sont toujours élevées; elles sont en légère hausse dans le Grand Ouest (27 000 €) et stables en montagne (22 000 €). Quant au revenu disponible, après son effondrement entre 2014 et 2015 où il a quasiment été divisé par deux, il reste faible : 9 000 €/UTH familial dans le Grand ouest, et 12 000 €/UTH en montagne.

Décalage entre les capitaux investis et les résultats obtenus

Les exploitations n’ont donc aucune marge de sécurité depuis deux ans, malgré des prélèvements privés faibles et en baisse. La marge de sécurité correspond à ce qui reste lorsqu’on a enlevé de l’EBE, les annuités, les frais financiers CT et les prélèvements privés. Elle est même négative depuis deux ans dans le Grand Ouest (-13 000 € en 2016). Dans le même temps, les investissements diminuent et les dettes court terme augmentent. « Les éleveurs du Grand Ouest ont refinancé leurs investissements passés et leur trésorerie par de nouveaux emprunts à long et moyen terme, commente Benoît Rubin de l’Institut de l’élevage. Les annuités seront donc en hausse les prochaines années et il faudra de nombreuses années pour que les exploitations retrouvent une situation économique saine ».

L’observatoire met toutefois en évidence des écarts de trésorerie importants entre exploitations. Les résultats ont été analysés par groupes de niveau d’endettement. Trois groupes ont été définis: peu endettés, endettés à long et moyen terme, trésorerie dégradée(2). Entre 2014 et 2016, le pourcentage d’exploitations à trésorerie dégradée est passé de 29% à 40%. Il atteint même en 2016 dans le Grand Ouest 51% alors qu’il se maintient à 27% en montagne. «Certaines exploitations cumulent les difficultés : insuffisance structurelle de résultats, fort impact des effets conjoncturels, questions de gestion des investissements. Les données montrent  que, suite aux crises récentes, ces problématiques concernent un nombre croissant d’exploitations et les impactent plus durement. »

(1) Afocg, AS71, Cogedis, CerFrance-AMC.
(2) Annuités/EBE sup. à 40% ou dettes/actif sup. à 40% et trésorerie nette globale négative
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière