Aller au contenu principal
Font Size

Charentes Poitou
Une région « intermédiaire » qui a des atouts

Pérenniser la production laitière et imaginer l´avenir, tel est l´objectif des secondes Assises du lait.


Le lait en Charentes-Poitou a une particularité : deux filières très différentes coexistent, l´une en lait de vache et l´autre en lait de chèvre, la région étant leader en chèvres avec 1800 élevages produisant en moyenne 145 000 litres de lait. Côté vaches, elle compte 4100 élevages produisant 304 000 litres et réalise une centaine d´installations par an. Cette coexistence est une « force » aux dires de Jacques Mathé du CER France Poitou-Charentes qui intervenait le 12 octobre dernier lors des secondes Assises du lait de la région. Car « les opérateurs sont sur deux marchés différents, ce qui limite le risque. » La région se caractérise par ailleurs par l´importance du secteur coopératif (70 % de la collecte), et une orientation très marquée beurre en lait de vache (34 %). Imaginer l´avenir et pérenniser la production laitière tel était l´ambitieux programme de ses secondes Assises du lait, organisées par les deux filières.
L´AOC beurre Charente-Poitou est une force en termes d´image. ©DR

Un fort quota par exploitation
En ce qui concerne le lait de vache, la région a des atouts. D´abord son AOC beurre, montée en puissance depuis la première édition en 2002. « C´est une force en termes d´image, mais il est nécessaire de travailler dessus », a souligné Jacques Mathé. Notamment au niveau du cahier des charges de l´AOC ; l´idée d´un lait produit à partir de 100 % de fourrages issus de la région, évoquée par le syndicat des laiteries, a suscité des réactions. Autres atouts : « Charentes-Poitou garde une bonne densité d´outils de transformation, contrairement à d´autres régions « intermédiaires » comme le Sud-Ouest. Et les élevages sont très bien adaptés à la compétition par les prix grâce à leur taille, à la mise aux normes réalisée et à un fort quota moyen par exploitation ». « L´avenir est devant les laitiers », a pour sa part affirmé Jean-Marie Davion, responsable du programme « Vivre du lait ». Il a rappelé qu´« en 2015, la fin des quotas est annoncée », et déplore que « l´on fasse payer des pénalités aux producteurs alors que la France est en sous-réalisation. » L´objectif de cette journée est « qu´il y ait moins d´abandon de lait, les usines doivent tourner ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière