Aller au contenu principal

Plan de professionnalisation
Une préparation à l´installation sur-mesure

Le parcours à l´installation se veut plus efficace et personnalisé avec le nouveau plan de professionnalisation.


Juste avant les élections, le ministère de l´Agriculture a lancé le plan de professionnalisation. Encore à l´état de projet, il devrait remplacer le parcours unique qui passe par le Spi (Stage préparatoire à l´installation) - ou stage de 40 heures - et le stage de six mois. A la place, le projet prévoit, un diagnostic, une étape de formation commune, puis une étape de formation individualisée qui tiendrait compte des acquis du candidat à l´installation, et qui serait fonction de son projet. « Suivant les productions qu´il souhaite faire, s´il veut monter un atelier de transformation, faire de la vente directe. on pourra l´orienter sur telle ou telle formation », précise Philippe Monnet, en charge du dossier installation chez les JA. L´objectif du plan de professionnalisation est de proposer un parcours plus personnalisé. « Si le candidat n´a pas de diplôme, on l´orienterait vers une validation des acquis de l´expérience et une formation adulte par exemple. S´il a des diplômes mais manque de pratique, il lui faudrait suivre une formation pratique. »
Cinq départements tests
Le calendrier de mise en oeuvre est serré. Le 1er juin prochain commence l´expérimentation du nouveau dispositif, dans cinq départements (Morbihan, Pas-de-Calais, Ardèche, Aube, Aveyron). Deuxième volet du projet, l´évolution du contenu des diplômes, et l´élargissement de la liste des diplômes reconnus pour le parcours à l´installation. « Nous regardons aussi les possibilités d´équivalence entre diplômes. De plus en plus de candidats viennent d´autres horizons que celui agricole ; il faut intégrer cette évolution. L´idée est que les gens ne refassent pas ce qu´ils savent faire », expose Philippe Monnet.
Enfin, les JA voudraient que tous les futurs agriculteurs - qu´ils aient droit aux aides à l´installation ou non - aient un minimum d´informations avant de s´installer, à l´instar de ce qui se fait dans l´artisanat. On compte environ 16 000 installations par an en France, dont 10 000 sont des moins de 40 ans. Seuls 6189 ont bénéficié d´aides à l´installation en 2006.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière