Aller au contenu principal

Plan de professionnalisation
Une préparation à l´installation sur-mesure

Le parcours à l´installation se veut plus efficace et personnalisé avec le nouveau plan de professionnalisation.


Juste avant les élections, le ministère de l´Agriculture a lancé le plan de professionnalisation. Encore à l´état de projet, il devrait remplacer le parcours unique qui passe par le Spi (Stage préparatoire à l´installation) - ou stage de 40 heures - et le stage de six mois. A la place, le projet prévoit, un diagnostic, une étape de formation commune, puis une étape de formation individualisée qui tiendrait compte des acquis du candidat à l´installation, et qui serait fonction de son projet. « Suivant les productions qu´il souhaite faire, s´il veut monter un atelier de transformation, faire de la vente directe. on pourra l´orienter sur telle ou telle formation », précise Philippe Monnet, en charge du dossier installation chez les JA. L´objectif du plan de professionnalisation est de proposer un parcours plus personnalisé. « Si le candidat n´a pas de diplôme, on l´orienterait vers une validation des acquis de l´expérience et une formation adulte par exemple. S´il a des diplômes mais manque de pratique, il lui faudrait suivre une formation pratique. »
Cinq départements tests
Le calendrier de mise en oeuvre est serré. Le 1er juin prochain commence l´expérimentation du nouveau dispositif, dans cinq départements (Morbihan, Pas-de-Calais, Ardèche, Aube, Aveyron). Deuxième volet du projet, l´évolution du contenu des diplômes, et l´élargissement de la liste des diplômes reconnus pour le parcours à l´installation. « Nous regardons aussi les possibilités d´équivalence entre diplômes. De plus en plus de candidats viennent d´autres horizons que celui agricole ; il faut intégrer cette évolution. L´idée est que les gens ne refassent pas ce qu´ils savent faire », expose Philippe Monnet.
Enfin, les JA voudraient que tous les futurs agriculteurs - qu´ils aient droit aux aides à l´installation ou non - aient un minimum d´informations avant de s´installer, à l´instar de ce qui se fait dans l´artisanat. On compte environ 16 000 installations par an en France, dont 10 000 sont des moins de 40 ans. Seuls 6189 ont bénéficié d´aides à l´installation en 2006.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière