Aller au contenu principal

Une première en Allemagne pour Lactalis

Avec le rachat de la coopérative Omira, Lactalis prend pour la première fois industriellement pied en Allemagne.

Omira était au pied du mur. La coopérative  n'avait jamais vraiment récupéré depuis 2012, une année très difficile se soldant par une perte de 15 millions d'euros. Depuis, le volume transformé était tombé de 1 115 milliards de litres en 2012 à 822 en 2016 et le chiffre d'affaires descendu de 627 M € à 420 M €. La situation s'est tendue à l'extrême durant l'été 2016. En cause le poids des commodités industrielles dans le mix produit (deux tiers de poudres de lait, un tiers de produits frais). Conséquence, la valorisation n'a pas suivi pour pouvoir accrocher le prix moyen payé par les autres laiteries du Sud du pays. En 2016, les 2400 producteurs d'Omira ont touché 277 €/1000 l (298 € en montagne et 255 € en plaine) soit 12 € sous la moyenne des 289 € réglés en Bavière sur l'année. Ce contexte avait déjà motivé le départ de producteurs chez Schwarzwaldmilch et d'autres menaçaient de les imiter.

Lactalis était semble-t-il, le seul candidat à la reprise à vouloir conserver et développer les deux sites d'Omira. Le schéma de reprise proposé par le groupe français a recueilli une majorité de 97,8 % des votes des délégués lors de l'AG du 22 juin dernier. Omira va demeurer comme coopérative de collecte après avoir transféré ses actifs et ses dettes dans une nouvelle société (Omira Industrie GmbH). Lactalis devait en prendre le contrôle le 1er septembre à condition que l'Office des cartels donne son feu vert. La presse allemande chiffre le coût de la reprise à 27 millions d'euros.

Un prix du lait garanti au moins égal au prix bavarois

L'industriel français s'engage à rembourser le capital social, qui atteint 23 millions d'euros à ceux qui le demanderaient. Il garantit surtout aux producteurs de payer jusqu'en 2027, 800 milliards de litres par an à un prix au moins égal à la moyenne des prix réglés en Bavière. L'éventuel surplus sera payé sur la base du prix moyen allemand de l'année (en général 20 € moins élevé). En cumul avec les primes volumes (0,55 à 1,5 c/kg), de lait de montagne (0,92 c/kg) et de lait non OGM, le prix final promis s'annonce supérieur à cette moyenne. Lactalis peut compter sur une bonne structure de production organisée autour de six coopératives et de 78 groupements de producteurs de taille très variable. Ces dernières années, Omira avait fait porter ses efforts sur la mise au point d'une gamme complète de produits délactosés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière