Aller au contenu principal
Font Size

Une piscine pour 2350 vaches

L’équipement est utilisé entre 40 
et 60 fois par an, selon les années.
L’équipement est utilisé entre 40
et 60 fois par an, selon les années.
© Cuma de Bellefosse

En Seine-Maritime, quatre Cuma se sont équipées d’une piscine ambulante Aqua Cow pour aider à remettre sur pied les vaches qui ne se relèvent plus après un vêlage difficile, un problème métabolique, une intoxication ou encore une chute sur le béton. « L’hydrothérapie bovine repose sur le principe de la poussée d’Archimède. La vache est allongée dans un caisson étanche, qui est rempli progressivement d’eau chaude, explique Mickaël Héron, de la Cuma de Bellefosse, à l’initiative de cet investissement en 2009. Le matériel est simple mais son coût (18 000 €) nécessitait de trouver un nombre suffisant de vaches pour l’amortir. Nous avons donc sollicité d’autres Cuma aux alentours. »
L’investissement réalisé par la Cuma de Bellefosse fédère aujourd’hui trois autres Cuma du département et engage 2350 UGB sur un rayon de 35 km. Quelle que soit la fréquence d’utilisation, les élevages règlent une adhésion de 50 centimes par vache et par an pour couvrir les charges fixes liées au matériel. Quant au tarif d’utilisation, il s’élève à 30 euros par sortie. « Cela représente le coût de la bouteille de gaz nécessaire à la chauffe de l’eau à 37 °C. »


Amortir l’investissement en fédérant d’autres Cuma


Le bain dure environ 7 heures. Après quoi, le caisson est vidangé lentement pour que l’animal reprenne peu à peu ses appuis. « Grosso modo, il faut compter une journée pour
la mise en œuvre de cet équipement, précise l’éleveur. Entre le temps pour aller chercher la piscine, remplir la tonne, chauffer l’eau, placer la vache sur le tapis, la faire glisser dans
la piscine et la remplir d’eau… En moyenne, on parvient à relever 60 % des vaches « faiblardes », mais en cas de traumatisme suite à une chute, c’est beaucoup moins, environ une
sur dix. »

 

Voir aussi l'article Heureux d'être en Cuma !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière