Aller au contenu principal
Font Size

Dossier bureau
Une organisation progressive du travail administratif

Thierry et Sylvie Laborie ont procédé par étapes : ils ont suivi des formations, aménagé un bureau, ils peaufinent leur plan de classement, et s´informatisent de plus en plus.


Quand on arrive à l´EARL Laborie, à La Rochebeaucourt, au nord de la Dordogne, la stabulation est à droite du chemin d´exploitation, et la maison sur la gauche. Le bureau de l´EARL est une pièce de la maison, située à une extrémité de celle-ci. Il ouvre sur l´extérieur par une grande baie vitrée. Il est lumineux et accessible aussi bien de la maison que de l´extérieur.
Le bureau est suffisamment spacieux pour être fonctionnel, pour classer les affaires professionnelles et privées, et accueillir des intervenants extérieurs. « On ne peut plus passer à côté de l´aspect administratif de notre métier, pour l´obtention d´aides, d´autorisations, etc. Et quitte à y passer du temps, autant que ce soit dans de bonnes conditions. Nous avons donc choisi d´aménager un lieu agréable », exposent Sylvie et Thierry Laborie.
A l´aise et sereins lors d´un contrôle
Le bureau de l´EARL Laborie a été aménagé en 2002 dans une pièce de la maison. Cet investissement a été réalisé dans le cadre d´une action régionale « Équipement traçabilité », conduite par le GIE élevage d´Aquitaine. Le Conseil régional a financé l´aménagement du bureau, les meubles et le matériel à hauteur de 40 % (plafond de 2 500 euros).
Cet investissement a été le fruit d´une réflexion plus globale sur l´organisation du travail administratif, qui avait pour objectif de perdre moins de temps, notamment lors de la recherche de documents. Aujourd´hui, même si leur plan de classement est en cours de réalisation, Sylvie et Thierry Laborie estiment avoir gagné en efficacité. « Nous sommes plus à l´aise lors d´un contrôle. Nous ne sommes pas pris au dépourvu, nous retrouvons rapidement les documents », ajoutent les époux Laborie.
Plus d´informatique pour plus d´efficacité
Après l´aménagement du bureau, l´EARL s´est informatisée. En 2004, l´exploitation s´est inscrite au service Selso.net, des Contrôles laitiers du Sud-Ouest. Selso est un logiciel web qui utilise l´architecture du logiciel Synel, développé par l´Arsoé du Nord-Picardie. Il permet à l´éleveur de consulter ses résultats contrôles laitiers, de tenir son registre des bovins, de gérer des notifications d´entrées, sorties, de suivre les mises bas, etc. « Par la suite, nous pensons développer l´enregistrement et le suivi via une version plus complète de Selso, et à terme nous nous équiperons d´un ordinateur portatif, de type Pocket PC », indiquent Sylvie et Thierry Laborie. Cette évolution vers plus d´informatique est motivée par la recherche d´une efficacité maximum. « On aura de plus en plus d´enregistrements à faire, et les outils informatiques représentent un gain de temps, que ce soit pour la saisie et la transmission des informations entre l´élevage et les organismes, ou pour la recherche et la valorisation des informations », estiment les éleveurs.
Enfin, au début de cette année, Thierry et Sylvie Laborie suivent un stage sur le classement et la gestion administrative. Pour parfaire leur démarche, ils travaillent avec le contrôle laitier de Dordogne et l´Institut de l´élevage, à l´établissement d´un protocole de classement des documents professionnels et privés. « Nous avons mené la réflexion tous les deux, afin que chacun s´y retrouve dans cette nouvelle organisation », ajoutent les époux Laborie. Aujourd´hui, Sylvie et Thierry Laborie sont en phase d´organisation du classement. Ils ont mis en place un plan de classement provisoire.
Pour l´organisation du travail, les époux Laborie ont installé cinq bannettes pour classer le courrier lors de son ouverture « Une bannette « Thierry », une « Sylvie », une pour les factures non payées, une pour le reste. La dernière bannette recueille le papier à recycler en brouillon. Thierry s´occupe de tout ce qui est technique : Pac, environnement, suivi des cultures. Moi, de tout ce qui d´ordre comptable », précise Sylvie Laborie.
Le plan de classement a été fait en commun
Pour les rendez-vous, les rappels, les échéances, les éleveurs ont un gros agenda qui reste au bureau. Ils disposent aussi d´un petit agenda qu´ils emmènent avec eux. Un panneau au mur sert à la passation d´informations.
Thierry Laborie ajoute : « J´ai un grand calendrier cartonné avec les dates butoirs des différents travaux des champs, la date d´arrivée du stagiaire, etc. Dans certains dossiers, je me fais un échéancier. Par exemple, souhaitant commencer mes travaux de mise aux normes avant cet été, je me suis fait un échéancier tenant compte des délais des administrations. Comme ça, dès que je voyais que je commençais à ne plus tenir le calendrier, je relançais les gens. » Une organisation qui oblige l´éleveur à consulter régulièrement ses dossiers. mais à l´EARL Laborie, c´est devenu une seconde nature.
Faire le lien entre le bureau et l´exploitation
Il leur a également fallu organiser le lien entre le bureau et l´exploitation, où de nombreuses informations sont notées sur place. « Ce lien se fait via un classeur. Y est consigné ce qu´il y a à faire, les observations, les enregistrements, une sortie papier des données gérées par Selso, les ordonnances, le plan d´alimentation, le bulletin d´insémination. bref tout ce qui concerne l´élevage et l´année en cours. Une fois l´année finie, nous rangeons ces documents dans les dossiers de l´armoire du bureau, ou nous les archivons. » Pour l´instant, les documents sont archivés dans un meuble à part, dans le bureau. Ils sont classés dans des chemises, par année. La prochaine étape pour Sylvie et Thierry Laborie sera de les classer également par thème.
Le matériel
Téléphone-fax, calculatrice, ordinateur, imprimante photocopieur scanneur.
Armoire « professionnelle » et armoire « privée ».
Meuble métallique sur roulettes. Y sont rangés les actes notariés, le livret de famille, les baux, les divers contrats, les diplômes. tout ce qu´il est très utile de préserver d´une inondation ou d´un incendie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière