Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une nouvelle relation éleveur-vétérinaire dans les grands troupeaux

Moins d’interventions en médecine individuelle et davantage en suivi avec des visites régulières. Témoignages.

Au Gaec de la Marche en Mayenne qui produit 1,2 million de litres, c’est une succession de retournements de caillette lié à la préparation au vêlage qui a été le déclic. «Notre vétérinaire, Olivier Crenn, nous a alors proposé un suivi global », a expliqué Fabien Gohier, l’un des cinq associés, lors d’une journée sur les grands troupeaux laitiers organisée pour les vétérinaires par le laboratoire MSD-Santé animale. Olivier passe toutes les quatre semaines sur l’élevage à une date programmée. Il est rémunéré 4€/1000 litres par an :«c’est le prix de la tranquillité et de la sérénité, la relation est plus saine, et nous avons gagné en performances», estime Fabien. Ce type de suivi occupe la moitié du temps d’Olivier : « je ne conçois pas aujourd’hui mon métier de vétérinaire autrement. Il permet de bâtir une vraie relation de confiance entre chefs d’entreprise ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière