Aller au contenu principal

Traçabilité sanitaire
Une nouvelle carte verte

Depuis le 31 janvier 2007, tous les départements ont mis en circulation la nouvelle attestation sanitaire des bovins. L´ensemble des mouvements d´élevage à élevage seront gérés informatiquement.


Simplifier, harmoniser la carte verte et le passeport, et renforcer la sécurité et la traçabilité sanitaire. Tels sont les trois objectifs de la nouvelle Asda (Attestation sanitaire à délivrance anticipée) qui sera désormais délivrée lors de la naissance d´un bovin ou de son introduction dans votre cheptel. Le nouveau document remplacera donc progressivement l´ancien. En pratique, lors du départ d´un animal, vous n´avez plus à coller au verso de l´Asda une étiquette « mouvement ». L´ensemble des mouvements est désormais géré informatiquement grâce au puissant outil informatique utilisé pour l´identification, Sigal. Vous avez simplement à porter la date de sortie et votre signature.
La nouvelle carte verte sera désormais délivrée lors d´une naissance ou de l´introduction d´un bovin dans le cheptel. ©D. R.

Un code barre sécurisé
De même, lors de l´arrivée d´un bovin sur l´exploitation, vous n´avez plus à renvoyer l´intégralité de l´Asda. Sur la nouvelle carte verte qui vous sera renvoyée, le dernier mouvement notifié sera porté automatiquement, ainsi que tous les mouvements d´élevage à élevage précédents (jusqu´à 10). Autre changement : les informations portées en haut sur l´Asda sont identiques à celles du passeport. Par exemple, le numéro identification devient numéro national. Des rubriques comme le numéro de mère porteuse ou le type racial ont été ajoutées ; d´autres supprimées. Sur la partie réellement sanitaire de la carte verte sont bien sûr gardées les informations officielles concernant les maladies réputées contagieuses (brucellose, leucose, tuberculose) et des maladies sous certification (IBR, varron). Trois places supplémentaires sont prévues pour des maladies non réglementées. Des mentions concernant la qualification du cheptel ou le statut de l´animal (par exemple pour la BVD ou la néosporose) seront donc à terme possibles. Enfin, le code barre sera plus complet pour les opérateurs commerciaux. Il sera sécurisé pour éviter toute contrefaçon.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière