Aller au contenu principal

La notion de repos mammaire revue
Une nouvelle approche du tarissement

Des essais américains sur le renouvellement cellulaire de la mamelle conduisent à réévaluer les recommandations sur la durée du tarissement.


Contrairement à ce que l´on affirmait jusqu´à présent, chez la vache laitière il n´y a pas de destruction du tissu mammaire pendant la période de tarissement. Ni de période de repos de la glande mammaire. « Ces affirmations reposaient sur des études faites chez les rongeurs », a expliqué Francis Sérieys, de Filière blanche, lors des Journées nationales des GTV en mai dernier. De récents essais américains sur la vache, en partie motivés par la lutte contre le cancer du sein et l´intérêt pour les cellules souches, viennent de balayer cette notion d´involution et de repos mammaire.
Pas d´involution
Et ce n´est pas tout. Le renouvellement cellulaire se produit de façon continue, à toutes les phases du cycle. Pendant la lactation, il se fait au rythme de 0,3 % de cellules nouvelles par 24 heures : à la fin d´une lactation de 300 jours, la plupart des cellules ont été donc formées pendant la période de production et non pendant la période sèche précédente comme on le croyait. Il passe à une vitesse supérieure au début du tarissement (avec 80 % de cellules nouvelles en plus par rapport à une vache qui serait traite jusqu´au vêlage). Tarir ou non ne modifie pas le nombre de cellules mammaires mais leur renouvellement.
Ces données nouvelles entraînent une nouvelle approche de la durée du tarissement, facteur influençant la régénération du tissu sécrétoire. Les essais américains confirment que la production maximale sur la lactation suivante est bien obtenue avec un tarissement de 60 jours (la recommandation classique).
Dans la mamelle, le renouvellement du tissu sécrétoire se produit de façon continue, à toutes les phases du cycle. ©DR

Court ou long
Mais ils vont plus loin. Les durées de tarissement longues (supérieures à 65 jours) entraînent une nette diminution de la production à la lactation suivante. Cette baisse serait due à une diminution de l´ingestion en début de lactation liée à un surengraissement en fin de tarissement.
Quant au raccourcissement de la période sèche, les essais montrent qu´il a peu d´effet sur la lactation suivante chez les multipares. Il s´agit d´essais avec un raccourcissement jusqu´à 6-7 semaines sans hormone de croissance (et jusqu´à 30 jours, voire une suppression du tarissement, avec hormone de croissance). Par contre chez les primipares, un tarissement en dessous de 60 jours entraîne une réduction importante de la lactation suivante.
« Si l´on considère la production cumulée des deux lactations entourant la période sèche, les conclusions sont très différentes : elle varie très peu pour les primipares pour des durées de tarissement comprises entre 40 et 120 jours », a souligné Francis Sérieys.

Fonction de l´objectif
Cela s´explique, dans les deux cas, par des lactations plus longues et la bonne persistance de lactation des primipares. « Pour les multipares, qui ont une moins bonne persistance, la durée de tarissement assurant le maximum de production sur deux lactations se situe encore autour de 60 jours. » Par contre, un tarissement de 30-40 jours augmente leur durée de vie productive et maximise la production totale de lait sur la carrière complète de l´animal. Car elles ont moins de troubles métaboliques, une meilleure fertilité, etc. et le taux de réforme diminue.
« La durée du tarissement est donc à raisonner en fonction de l´objectif poursuivi : expression du potentiel génétique, santé des vaches, travail (si on réduit le tarissement de 20 jours, il faut traire 7 % de vaches en plus), production totale sur la vie entière. », a-t-il conclu.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière