Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vu par le véto
Une morte et une en vie

Vers midi, Paul repère dans la stabulation une génisse un peu bizarre. Il la fait lever et tourne les talons. De nouveau couchée quelques heures après avec une respiration un peu difficile et morte trois heures plus tard. Bizarre, vraiment bizarre ! Rendez-vous est alors pris pour l’autopsier à la ferme le lendemain. Mais le lendemain, c’est une autre génisse de la même case qui n’est pas au mieux de sa forme.

Elle est déshydratée par une diarrhée glaireuse, elle a le rumen ralenti, une très nette arythmie du coeur mais je ne connais pas de maladie qui tue aussi vite avec ces symptômes. L’autopsie de sa compagne m’indique qu’elle est morte avec des difficultés respiratoires et qu’elle avait aussi une diarrhée quoique moins violente. Toujours pas d’idée… Une intoxication peut être mais… par quoi ? La ration d’ensilage d’herbe et de foin consommée par tous les animaux des autres cases ne paraît pas devoir être en cause.

À QUATRE, ON TROUVE PLUS VITE !

Paul explique qu’il y a deux jours, il a curé la stabulation et que pour les besoins de la cause, celle qui est morte est sortie au champ quelques heures tandis que la malade était restée dedans… Quoi d’autre ? Sa femme déclare avoir déposé sur la litière fraîche de cette case un seau de mauvaises herbes sarclées dans son potager que les quatre génisses de la case ont mangées. - N’y avait-il que des mauvaises herbes du potager ? - Non, dit-elle, j’ai rabattu aussi les lauriers dont les feuilles étaient séchées par le gel.

J’appelle immédiatement le centre antipoison animal. Ma collègue de garde confirme que les signes cardiaques et diarrhéiques collent très bien avec une intoxication par le laurier rose dont les feuilles habituellement amères sont consommées sans problème après la gelée qui abolit leur amertume. Elle m’apprend aussi qu’une dizaine de feuilles seulement suffisent à tuer une génisse de 350 kilos… Nous tenons le responsable. Grâce à quoi la génisse encore en vie l’est restée. On est parfois plus performants quand plusieurs se mettent à chercher !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Un premier vaccin contre les mammites à Streptococcus uberis
Le principe du vaccin du laboratoire Hipra est d'empêcher le germe d’adhérer à l’épithélium mammaire et de s'organiser en biofilm.
Vignette
Bovins : La teigne est une zoonose de saison
Les bâtiments surpeuplés, manquant de luminosité et de ventilation, trop humides sont des conditions favorisant l’apparition de…
Vignette
L’acupuncture soigne aussi les bovins
Issue de la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture vise à renforcer l’équilibre général de l’animal pour l’aider à…
Vignette
Pâturage : attention aux diarrhées au printemps !

Youpi ! C'est le printemps. L'herbe est abondante et pousse dru, les vaches sont impatientes de…

Vignette
Délégation des génisses : limiter les risques sanitaires
Un protocole de suivi sanitaire est proposé par le GDS de Bretagne aux naisseurs et aux éleveurs de génisses pour réduire les…
Vignette
Pourquoi ma vache bave-t-elle ?

Au début, c’est un petit filet de salive qui s’échappe de la commissure des lèvres ou un peu de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière