Aller au contenu principal
Font Size

Une hausse du quota national de 60 millions de litres lait pour les « petits producteurs »

La répartition par bassin de ce fonds « petits producteurs » sera calibrée sur un volume de 7300 litres par producteur dont le quota est inférieur ou égal à 170 000 litres et ayant réalisé au moins 100 % de son quota en 2012-2013.
La répartition par bassin de ce fonds « petits producteurs » sera calibrée sur un volume de 7300 litres par producteur dont le quota est inférieur ou égal à 170 000 litres et ayant réalisé au moins 100 % de son quota en 2012-2013.
© L'Union agricole du Cantal/archives

Pour la campagne 2013-2014, une partie de la réserve nationale servira à consolider le quota des « petits producteurs ». Selon un arrêté daté du 5 août 2013, une enveloppe de 60 millions de litres de lait provenant de la hausse du quota national (le « 1 % national ») leur sera spécifiquement consacrée. La répartition par bassin de ce fonds « petits producteurs » sera calibrée sur un volume de 7300 litres par producteur dont le quota est inférieur ou égal à 170 000 litres et ayant réalisé au moins 100 % de son quota en 2012-2013. Aux bassins de déterminer les critères d'attributions de ces quotas (notamment le niveau d'utilisation minimum permettant aux producteurs de bénéficier d'une attribution), et le niveau alloué à chaque producteur. Les volumes inutilisés par un bassin seront automatiquement réaffectés à la réserve nationale. Par ailleurs, les bassins pourront ensuite faire le choix de consacrer une part de leur réserve gratuite au profit des petits producteurs, ou les rendre prioritaires aux attributions de quotas supplémentaires payants dans le cadre des transferts spécifiques sans terre (TSST).
La répartition du solde du « 1 % national » entre les bassins sera faite comme lors de la campagne 2012-2013 en fonction du ratio « volume du quota libéré dans le bassin au quota du bassin » et de façon à réduire l'écart de ratio entre bassins. Par ailleurs, le fonds « jeunes agriculteurs » est reconduit ; chaque bassin se verra attribuer une enveloppe tenant compte du mombre de jeunes installés (moyenne des campagnes 2011-2012 et 2012-2013), à hauteur de 40 000 litres par producteur installé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière