Aller au contenu principal

Une gravissime mammite gangréneuse

Claudine Fouquet, vétérinaire dans la Loire.

Le signe le plus caractéristique est la froideur du quartier. Il ne faut surtout pas chercher à le réchauffer.
© C.Fouquet

Une mammite clinique classique se traduit le plus souvent par un quartier enflé, chaud, rouge, et un lait plus ou moins modifié, allant de quelques grumeaux à un aspect aqueux type bière lors de mammite colibacillaire. Il existe un autre type de mammite, gravissime tant dans les symptômes provoqués que dans le pronostic vital de l’animal : la mammite gangréneuse.

Cette mammite est due le plus souvent à Staphylococcus aureus, germe retrouvé classiquement en élevage, transmis durant la traite et responsable le plus souvent de mammites subcliniques (cellules). Certaines souches de staphylocoque doré ont la particularité de produire des quantités de toxines importantes, et peuvent alors causer ces mammites gangréneuses. L’animal est fortement abattu, fiévreux au départ, anorexique, choqué. Le quartier prend un aspect bleuté parfois difficile à visualiser en début d’infection, mais le signe le plus caractéristique est sa froideur, liée à une vasoconstriction (fermeture des petits vaisseaux mammaires), elle-même due aux toxines sécrétées par le staphylocoque. Il ne faut surtout pas chercher à le réchauffer ! Cela aurait pour conséquence la dissémination encore plus importante de toxines dans l’organisme. Le lait prend une odeur nauséabonde, un aspect sanguinolent et n’est présent qu’en très petites quantités. Parfois il est même possible de faire sortir du gaz par le trayon : aucun doute n’est plus permis, c’est une urgence ! Toutefois certaines vaches sont parfois surprenantes, avec des signes mammaires bien présents, mais peu ou pas de répercussions sur l’état général.

Certains staphyloccoques produisent d’importantes quantités de toxines

Le traitement réside dans l’administration d’antibiotiques et une lutte pour l’élimination des toxines : perfusion importante de l’animal, drenchage, drainage hépato-rénal (où la phytothérapie complétera judicieusement l’allopathie)… Une chirurgie avec ligatures des vaisseaux irriguant la mamelle concernée peut être tentée pour limiter la diffusion de toxines et faire sécher la mamelle plus rapidement, mais elle nécessite une ouverture de l’abdomen et la vache ne le supporte pas toujours. Sans traitement médical, s’il est trop tardif ou si l’animal persiste à ne pas manger, l’évolution se fera vers la mort de l’animal par toxémie, avec hypothermie, choc, déshydratation… parfois très rapidement (quelques heures ou jours). C’est parfois malheureusement le cas, même en mettant un traitement efficace et adapté en place.

Quand l’évolution est bonne, une zone nécrosée, gangrenée sur le(s) quartier(s), noirâtre, insensible, va apparaître. La peau qui la couvre va se parcheminer, se tendre, parfois craquer et suinter. La partie noire finit par être éliminée, et l’animal peut encore mourir à ce moment-là d’hémorragie…. Une lente cicatrisation finira par se mettre en place.

À noter que ce type de mammite peut concerner évidemment les vaches laitières en lactation, mais également les taries et les allaitantes…

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière