Aller au contenu principal

Une grande capacité des élevages bretons à relever les défis

En Bretagne, l'évolution sur les dix dernières années illustre le dynamisme des exploitations laitières.

En 10 ans, les exploitations laitières bretonnes ont su évoluer pour s'adapter aux changements de fond d'ordre sanitaire, réglementaire et économique.
En 10 ans, les exploitations laitières bretonnes ont su évoluer pour s'adapter aux changements de fond d'ordre sanitaire, réglementaire et économique.
© Emeline Bignon

« La vie des producteurs laitiers ces dix dernières années a été tout sauf un long fleuve tranquille », a souligné Jacques Lefranc, responsable Conseil en production laitière à BCEL, lors de la journée organisée par le Cerel à Rennes. « Les exploitations laitières bretonnes ont su s'adapter aux changements de fond d'ordre sanitaire, réglementaire et économique. Elles ont fortement évolué. » La ferme laitière de 280 000 litres en moyenne en 2004 produit aujourd'hui 402 000 litres avec une surface en hausse de 30 %. « On a vu émerger les élevages de 80 vaches : ils représentent 13 % des troupeaux aujourd'hui contre 2 % en 2004. »
En dix ans, la Bretagne produit 11 % de lait en plus avec un tiers d'exploitations laitières en moins. La productivité par vache a gagné 500 kilos à quantité de concentré constante. À rendements égaux, les apports d'azote ont diminué de 15 unités par hectare. La part de SFP dans la SAU est restée relativement constante, mais le système fourrager s'est fortement modifié avec un renforcement de la part du maïs. Le pâturage a perdu du terrain (- 400 kg d'herbe par vache par an) avec l'agrandissement des troupeaux et la diminution des surfaces accessibles. « Alors que les deux tiers des élevages fermaient le silo au minimum quinze jours-trois semaines, 72 % ne le ferment plus aujourd'hui ».

Le volume de lait par UTH a progressé de 33 % en dix ans


La dynamique d'investissements a été soutenue : « 4 300 projets bâtiment ont été conduits en dix ans, ce qui représente près d'un tiers des exploitations actuelles. Un élevage sur cinq a renouvellé son équipement de traite. Aujourd'hui, la moitié des installations neuves sont des robots », a précisé Jacques Lefranc.
Si le volume de lait par UTH a progressé régulièrement sur dix ans, « l'EBE a évolué de façon plus contrastée avec une forte variabilité selon les années et entre exploitations ». En 2012-2013, l'EBE moyen s'élève à environ 33 000 EUR/UTH pour 225 000 litres de lait et une annuité de 16 000 EUR/UTH. « Les écarts sur l'EBE lait sont considérables : 95 EUR/1000 l (entre le quart supérieur et le quart inférieur) sur une moyenne d'EBE (hors DPU) à 110 EUR/1000 l ».
Et Jacques Lefranc de conclure : « Quelle que soit la stratégie retenue -- recherche de volume, d'efficience ou de différenciation --, l'efficacité viendra de la cohérence des projets d'entreprise et d'une exigence renforcée en matière de maîtrise technique et économique ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière