Aller au contenu principal

Une gestion sanitaire très différente entre élevages bio et conventionnels

Selon l'étude nationale Cedabio, le nombre de traitements allopathiques est trois fois moins élevé dans le groupe bio que chez les conventionnels étudiés.

Le cahier des charges bio limite l’usage de traitements allopathiques à trois par gros bovin au cours d’une période de douze mois, hors usage des vaccins et antiparasitaires qui ne sont pas limités.
Le cahier des charges bio limite l’usage de traitements allopathiques à trois par gros bovin au cours d’une période de douze mois, hors usage des vaccins et antiparasitaires qui ne sont pas limités.
© J.-C. Gutner

L’étude nationale Cedabio(1) comporte un volet sanitaire. Elle compare 48 élevages laitiers biologiques et 48 élevages conventionnels aux pratiques sanitaires « raisonnées ». Il en ressort que les éleveurs laitiers biologiques sont nettement moins interventionnistes que leurs collègues conventionnels. Le cahier des charges bio limite l’usage de traitements allopathiques à trois par gros bovin au cours d’une période de douze mois, hors usage des vaccins et antiparasitaires qui ne sont pas limités. Les bio peuvent avoir recours aux produits phytothérapiques, homéopathiques et aux oligo-éléments, sans contrainte et sans limite sur ces catégories de produits. Par contre, les bolus et diffuseurs sont interdits, et d’une manière générale les traitements antibiotiques à caractère préventif.
Le changement de cahier des charges, plus souple depuis 2009 (le nombre maximal de traitements aux antibiotiques est passé de deux à trois par an, et l’emploi d’antiparasitaires n’est plus limité), n’a apparemment pas conduit à une augmentation du nombre de traitements par tête.

En bio, moins de traitements, toutes catégories confondues


Les bio de l’étude utilisent trois fois moins d’antibiotiques (60 traitements pour 100 vaches), quatre fois moins d’antiparasitaires (15 traitements pour 100 têtes de bovins), et deux fois moins de vaccinations (avec vaccin FCO). À l’inverse, pour les médecines alternatives, 88 % des élevages biologiques pratiquent en moyenne 75 traitements pour
100 bovins. Un élevage conventionnel sur deux utilise en moyenne sept traitements pour 100 bovins.
« L’utilisation des médecines alternatives permet de réduire les traitements allopathiques tout en maintenant une situation sanitaire satisfaisante », conclut l’étude. « Cette réduction de l’usage des traitements classiques en agriculture biologique tient à plusieurs raisons : plus faible productivité animale, maximisation du pâturage et du temps hors bâtiments, part élevée de fourrages grossiers dans la ration… et la crainte des éleveurs de ne pas maîtriser la situation sanitaire leur fait accroître la surveillance et appliquer les bonnes règles de prévention », avancent les participants à l’étude.


(1) Institut de l’élevage, Itab, Fnab, chambres d’agriculture, Inter Bio Normandie, GAB, station expérimentale Inra de Mirecourt…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Imposante structure de 25 m de haut et de 6,10 m de diamètre, le silo tour date de 1978. © B. Griffoul
"Notre ensilage d'herbe est stocké en silo tour"
Dans le Cantal, le Gaec de la Chevade dispose d'un silo tour de 800 m3 pour stocker l'ensilage d'herbe. Ce système permet aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière