Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une fausse hypocalcémie

DEBOUT, elle fait plaisir à voir.
DEBOUT, elle fait plaisir à voir.
© J.-M. Nicol

« L’an dernier, elle avait plus de mamelle au moment de vêler, mais cette année elle est au pré où il n’y a plus grand-chose de bon à manger. Aussi dispose-telle de foin autant qu’elle en veut, de sorte que son état corporel est bon.

« Hier dans la journée, rien d’anormal, me confie Mathilde le matin lorsqu’elle m’appelle avant l’ouverture, mais cette nuit je l’ai trouvée couchée et ce matin, elle ne peut pas se lever. »

Je vois d’ici cette vache par terre, en fièvre de lait, en train de vêler avec le col bien ouvert mais sans contractions… Normal, Mathilde les laisse consommer pas mal d’herbe avant le vêlage, avec le potassium qui favorise largement l’hypocalcémie.

Je découvre une vache qui a bon oeil à défaut d’avoir bon pied, pas de fièvre, une panse paresseuse, un coeur un poil rapide, pas de bouses derrière elle… une bonne petite fièvre de lait donc. Sauf qu’elle prépare son deuxième vêlage, que le col utérin est fermé, que les quatre quartiers sont souples et que je vois tout près d’elle une bouse coiffée d’un peu de sang. Dommage, mais il faut laisser tomber l’hypothèse fièvre de lait.

UN QUARTIER SALE

La fouille rectale ramène peu de bouse et toujours un peu de sang. Il m’inquiète, ce sang. Pour compléter l’examen, je tire chaque quartier. L’un d’eux ne contient pas de colostrum mais une sécrétion jaune et claire. Il y a une mammite à n’en pas douter, une mammite à toxines et c’est sans doute elle qui met cette vache à terre.

Vidange du quartier, perfusion, détoxifiants, calcium en quantité modérée et un antibiotique pour détruire ces colibacilles producteurs des toxines. L’après-midi, elle est toujours par terre, à 18 heures aussi.

J’arrive dans le pré un peu plus tard et je la trouve debout, bien facile à prendre. C’est déjà une bonne nouvelle, et l’autre bonne nouvelle c’est que maintenant, elle bouse très abondamment et fluide et sans une trace de sang. Elle vêlera le surlendemain, normalement.

Comme quoi, il n’y a pas que l’hypocalcémie pour mettre des vaches par terre au moment du vêlage. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Production laitière : doper le taux butyreux par l’alimentation
Augmenter rapidement le TB, c’est possible par l’alimentation. Certaines rations sont plus favorables mais il faut surtout…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
"Mes niches à veaux sur sable sont faciles à nettoyer"

"Les nouveau-nés, jusqu'à 15 jours maximum, sont élevés dans des niches à veaux que nous avons…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière