Aller au contenu principal

Stock fourrager
Une expérience de pâturage d´avoine pour les laitières en Mayenne

Jean-Pierre Triguel, éleveur à Fromentière en Mayenne, fait pâturer de l´avoine à ses vaches laitières dès le mois de février. Voici son témoignage.


« J´utilise de l´avoine en interculture depuis sept ans. Je trouve que l´avoine résiste mieux au coup de chaud que le ray-grass d´Italie au moment de la levée en septembre.
Au début, mon principal objectif était de ne pas laisser les terres nues entre la récolte du blé et le semis de maïs. Comme le maïs est prioritaire dans mon système, je détruisais systématiquement l´avoine au glyphosate au plus tard le 15 mars pour qu´il ne puise pas trop d´eau dans le sol. Mais en 2005, j´étais juste en stock de fourrage.
J´ai donc décidé de faire pâturer les 8 hectares d´avoine par mes vaches (36 Prim´Holstein à 7700 kg de niveau d´étable) le plus tôt possible en février.

L´avoine a tendance à rouiller avec le temps. Je pense qu´elle perdrait en appétence si j´attendais trop longtemps pour la faire pâturer. Je fais une transition comme pour la mise à l´herbe. Au début, les vaches ne pâturent que l´après midi. L´avoine est très appétant et représente jusqu´à un quart de la ration basée essentiellement sur l´ensilage de maïs. Grâce à l´avoine, j´économise de l´ensilage de maïs et 1 kg de concentré azoté par jour et par vache sur les 3 kg normalement distribués. A cette époque de l´année, je trais les vaches qu´une fois par jour pour ajuster mon quota. Mais cela ne change rien à l´intérêt de l´avoine. J´estime le rendement à 1 ou 1,5 tonne de matière sèche par hectare. Les résultats m´ayant donné satisfaction, j´ai recommencé à faire pâturer l´avoine cette année. »

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière