Aller au contenu principal
Font Size

Alimentation des bovins
Une essai montre une réduction du niveau azoté des rations complètes moins pénalisante que prévu

D´après un essai mené à la ferme expérimentale des Trinottières (49), la réduction du niveau protéique des rations est une piste intéressante pour les systèmes combinant ensilage de maïs et pâturage.


Depuis plusieurs années, la ferme expérimentale des Trinottières, dans le Maine-et-Loire, planche sur l´utilisation de sources protéiques alternatives au tourteau de soja et sur la recherche d´une plus grande autonomie alimentaire.
L´hiver dernier, la réduction des apports azotés dans les rations des laitières a été testée. Au terme de l´expérimentation, les résultats s´annoncent encourageants. « En limitant les apports azotés à 80 g de PDI dans les rations des vaches laitières, on obtient des performances techniques correctes tout en réduisant le coût de concentrés et en améliorant l´autonomie alimentaire, résume Jean-Michel Lamy de la Chambre d´agriculture du Maine-et-Loire.
Dans l´essai, trois lots de quinze vaches (huit multipares et sept primipares) ont reçu une ration complète à base du même ensilage de maïs, corrigé avec du lupin et du tourteau de colza.
©D. R.


Moins d´ingestion et moins de lait pour le lot 80 g
A chaque lot correspondait un niveau de complémentation protéique différent : 80, 90 et 100 g de PDI par kg de matière sèche. La proportion de concentrés dans les rations s´élevait respectivement à 20, 30 et 34 %.
Comme l´on s´y attendait, sur la période de l´essai (les quatorze premières semaines de lactation), l´ingestion du lot 80 g de PDI s´est montrée inférieure (- 1,4 kg) à celle des deux autres lots.
De même, ce lot a produit 1,6 kg de lait de moins que le lot 90 g. Le lot 100 g, quant à lui, a produit 2 kg de lait supplémentaires. Malgré le faible apport de concentré, la production du lot 80 g dépasse néanmoins 30 kg de lait en moyenne dès la quatrième semaine de lactation. « Ce résultat nous pose question, confie Jean-Michel Lamy. En effet, le lot 80 g a produit 9 kg de lait de plus que ne le permettent les PDIE apportés par la ration. »
D´autre part, même si les effectifs sont insuffisants pour conclure, les résultats de reproduction du lot 80 g se montrent corrects. Parmi les vaches mises à la reproduction, celles du lot 100 g ont montré un taux de gestation plus faible (67 %) que celles des lots 80 et 90 g (respectivement 87 % et 79 %).

Des simulations économiques favorables au lot 80 g
A partir de ces résultats, des simulations économiques ont été réalisées en s´appuyant sur les systèmes laitiers intensifs et économes, décrits par les réseaux d´élevage des Pays-de-la-Loire. « Pour les deux types de systèmes, la diminution du niveau protéique des rations pendant la période hivernale, apparaît favorable sur le plan économique », note le conseiller. « Même si cette réduction conduit à une baisse de la production laitière, elle ne pénalise pas le revenu agricole. »De quoi alimenter les réflexions des éleveurs sur la recherche d´une meilleure autonomie protéique de leurs exploitations.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière