Aller au contenu principal

Une eau désinfectée par électrolyse en ligne

En combinant champ électrique et production de chlore libre, l’Olimpe-Agri désinfecte l’eau et détruit les biofilms bactériens sur les parois des canalisations.

Désinfecter l’eau sans ajouter de produits chimiques, tel est le principe de fonctionnement de ce système développé par la société Windwest. Breveté et primé au Space en 2016, il combine la création d’un champ électrique dans une cellule d’électrolyse et l’utilisation des sels minéraux dissous dans l’eau qu’il transforme en mélanges d’oxydants dont du chlore libre. Le champ électrique détruit certaines bactéries et certains virus lors du passage de l’eau. Cette action est complétée par la production de chlore constitué à 99,5 % de chlore libre. L’objectif est d’en produire 2,5 à 3 mg par litre d’eau en sortie de cellule d’électrolyse. Ce taux est lié à la conductivité de l’eau et donc à la quantité de sels minéraux qu’elle contient. Quand la conductivité de l’eau est insuffisante, il faut ajouter du sel (maximum 1 kg/m3 d’eau). « À l’installation d’Olimpe-Agri, nous réglons l’injection de sel pour avoir la conductivité qui nous permet d’obtenir la concentration de chlore libre souhaitée dans l’élevage », précise Stéphane Leyssale de Windwest.

Jusqu’à 40 m3 d’eau traités par jour avec une cellule

« Le procédé a été testé par l’École de chimie de Rennes. Des tests laboratoires Cofrac ont confirmé que l’eau était désinfectée quasiment instantanément », souligne-t-il. « Le chlore libre sécurise l’eau au niveau des abreuvoirs et détruit les biofilms. Il n’émet aucune odeur et ne modifie pas le goût de l’eau. Après une vingtaine d’heures, les molécules retrouvent leur état initial. »

Une cellule d’électrolyse peut traiter jusqu’à 40 md’eau par jour. Il est possible d’en ajouter une seconde. « Avec le nouveau boîtier, on peut piloter deux réseaux d’eau différents », indique Stéphane Leyssale. Côté travail, il faut juste vérifier une fois par mois qu’il y a assez de sel quand on en ajoute.

L’équipement a été testé à la ferme expérimentale de La Blanche Maison dans la Manche. Il a été installé dans 200 exploitations tous types d’élevages confondus (bovins, avicoles et porcins).

Combien ça coûte ?

Comptez 8 000 à 9 000 euros HT pour un appareil installé et garanti 3 ans. La cellule d’électrolyse (450 € HT) doit être changée après un peu plus d’un an de fonctionnement. « C’est la seule pièce d’usure », souligne Stéphane Leyssale.

Les points à surveiller

Lors de la mise en route, la destruction des biofilms présents sur les canalisations peut engendrer des fuites d’eau sur les vieux réseaux.
Si l’eau est trop calcaire (à partir de 25 à 30 TH), il faut installer un adoucisseur.
Si l’eau contient trop de fer (maximum 1 mg/l), il faut installer un déferriseur.
Avis d’éleveur

« Il n’y a plus d’algues dans mes abreuvoirs »

« J’utilise l’eau d’un forage pour abreuver mon troupeau (65 Prim’Holstein à 8 500 l et leur suite) et nettoyer la salle de traite. J’utilise environ 7 m3 d’eau par jour. J’ai investi dans ce système en avril 2017 parce que les canalisations de mon circuit d’eau (800 m de long) n’étaient pas propres. Je n’arrivais pas à les désinfecter avec un système de pompe à chlore classique. Il y avait toujours des dépôts d’algues dans les abreuvoirs. Je devais les nettoyer toutes les semaines. Grâce à ce système, je n’ai pas eu besoin de le faire depuis août. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière