Aller au contenu principal
Font Size

Filière bois-énergie
Une déchiqueteuse forestière pour développer la filière dans l´Orne

Depuis 2004, la Cuma départementale de l´Orne utilise une déchiqueteuse forestière à grappin. Elle a remplacé une machine à alimentation manuelle qui demandait plus de main-d´oeuvre.


« Depuis longtemps, nous étions plusieurs à nous poser la question de valoriser le bois des haies au lieu de le brûler dans les champs, témoigne Claude Harivel, président de la Cuma Innov 61, dans l´Orne. C´est en découvrant les chaudières automatiques que nous avons pu démarrer le déchiquetage ».
En 2000, une première machine à alimentation manuelle est achetée dans le cadre de la Cuma départementale, car les utilisateurs sont répartis sur l´ensemble du département. « Nous avons démarré avec 12 adhérents, explique le président de la Cuma. Seuls trois ou quatre d´entre nous avaient une chaudière. Ils avaient besoin de 20 à 40 m3 de plaquettes pour une année, soit un à deux jours de déchiquetage. Les autres valorisaient les plaquettes pour le paillage de stabulation ».
La déchiqueteuse a travaillé 300 heures la première année, soit le double de ce qui était prévu. ©D. Lucas

Il fallait trois personnes au minimum sur le chantier pour alimenter la déchiqueteuse. Après une première année sans problème, les agriculteurs se sont rapidement aperçus qu´ils allaient manquer de main-d´oeuvre.
« En 2003, nous avons commencé à réfléchir à l´acquisition d´une plus grosse machine avec une alimentation par grappin pour diminuer le besoin de main-d´oeuvre et avoir un coût de production des plaquettes moins élevé. »
Les 35 à 40 adhérents de l´ancienne machine constituaient une base suffisante pour investir dans une plus grosse machine. A côté de cela, plusieurs collectivités de l´Orne avaient équipé des bâtiments publics avec des chaudières à plaquettes et étaient demandeuses de bois. Finalement, la machine a travaillé 300 heures pour sa première année, soit le double de ce qui était prévu.

Claude Harivel est chargé de centraliser les demandes et d´organiser des tournées pour limiter les déplacements sur la route. Toutefois, il ne prévoit souvent qu´un chantier par demi-journée car les agriculteurs ont du mal à estimer le volume de bois qu´ils ont à déchiqueter et donc le temps d´utilisation de la machine.
Aujourd´hui, le déchiquetage est une prestation complète assurée par une Intercuma. La déchiqueteuse appartient à la Cuma Innov 61 et elle est mise en oeuvre par un chauffeur et un tracteur de la Cuma Auvraisienne, une autre Cuma de l´Orne qui a dégagé du temps pour cette activité. L´utilisation du grappin demande un certain apprentissage. L´entretien de la machine s´apparente à celle d´une ensileuse avec un changement de couteaux toutes les 20 heures de travail. « L´efficacité du chantier dépend beaucoup de sa préparation, remarque Claude Harivel. Le rendement moyen est de 30 m3/heure avec des extrêmes entre 15 et presque 60 m3/heure. Pour faciliter l´usage du grappin, il faut aligner le bois avec tous les pieds du même côté et l´entasser mais pas trop, pour éviter que les branches s´emmêlent. »

Chiffres clés
Investissement de 145 000 ? HT subventionné à 40 %.
La prestation est facturée 170 ?/heure (tracteur et chauffeur compris).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière