Aller au contenu principal

Race normande
Une concertation renforcée pour le schéma de sélection

Une commission génétique décide désormais du choix des taureaux à créer et tester.


Le schéma Normand bénéficie depuis près d´un an d´un nouveau mode de fonctionnement ayant pour objectif « de concilier concertation et efficacité », selon Gilles Thomazo, président de Génétique Normande avenir (GNA). Il revient maintenant à une commission génétique constituée de membres représentants les unités de sélection, les associations d´éleveurs et l´Upra, de réaliser les choix sur le plan de la création des futurs reproducteurs et des taureaux qui subiront l´épreuve du testage sur descendance. « On raisonne maintenant plus efficacement en nombre de fils testés par père à taureaux », commente Jérôme Béchu, le directeur de GNA. La race s´est fixée pour objectif de ne pas dépasser trente fils par père. Parallèlement, des commissions plénières organisées deux fois par an « permettent à chacun des acteurs de mesurer le travail réalisé et de s´exprimer sur l´orientation de la sélection ».
Côté activité, 140 taureaux ont été mis en testage lors de la campagne 2005/2006. Cette série termine le testage des fils de Madison (48 fils testés au total) et Manizales (28). Elle compléte celle de Mioche, Noyalo, Nelpon, Nuancier, Nivéa et Néphelion. « Nous intégrons de plus en plus la sélection assistée par marqueurs génétiques pour choisir les taureaux à tester », souligne Jérôme Béchu. Les efforts portant sur la variabilité génétique sont illustrés par la large palette d´origines paternelles utilisée pour la série de testage 2006/2007. Cette dernière comprend des fils de Néphelion, Pompon, Nivéa, Orienteur, Orpailleur, Orphelin, Ouzous, Oberkampf, Obby, Orfait et Opinion.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Le blé égyptien offre aussi une valeur alimentaire intéressante.  © Semental
Le blé égyptien surprend par sa productivité

De la famille des sorghos, le blé égyptien est une espèce qui part vite en végétation et est très…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière