Aller au contenu principal

Une chute spectaculaire des revenus 2015

Les simulations de l'Institut de l'élevage montrent un décrochement du revenu de plus de 15 000 euros/UMO familiale en 2015.

Pour les exploitations de l'Est de la France, c'est la double peine: les rendements en maïs ensilage et en herbe sont catastrophique.
Pour les exploitations de l'Est de la France, c'est la double peine: les rendements en maïs ensilage et en herbe sont catastrophique.
© C. Reibel/archives

L'Institut de l'élevage a estimé les revenus 2015 sur deux groupes d' exploitations laitières spécialisées (plaine et montagne du Massif central) soit 250 exploitations au total. Des indices de prix et de volumes ont été appliqués sur les postes de charges et de produits de l'année 2014 d'après des estimations établies au 31 août: par exemple - 5% pour le prix de l'aliment, + 4% pour l'électricité, un volume de lait identique, etc. Le prix du lait standard  a été estimé à 310 €/1000 l sur le dernier trimestre et à 312 €/1000 l sur l'année 2015, soit 50 € de moins qu'en 2014.

Un prix du lait en forte baisse et des aliments achetés restés chers

"Dans les exploitations de plaine(1), l'estimation du revenu conduit à une baisse de 40%. Les niveaux  sont comparables à ceux observés lors de la crise de 2009. Mais ils sont obtenus avec des exploitations de plus grande dimension (volume lait/UMO, investissement...)", souligne l'Institut de l'élevage. La baisse du prix du lait génère une perte de produit de 16 000 €/unité de main-d'oeuvre. Les exploitations étant spécialisées lait, les ventes de céréales n'ont pas permis de compenser ces pertes. "Pour les exploitations de l'Est de la France, c'est la double peine: les rendements en maïs ensilage et en herbe sont catastrophique." Les achats d'aliments pour compenser le déficit fourrager (estimés à 150 €/UGB) entraîne une dépense supplémentaire de plus de 15 000 €. Le quart des exploitations les plus touchées dégage un résultat inférieur à 10 000 € : leurs annuités et prélèvements privés ne sont plus couverts par l'EBE, entraînant une dégradation rapide des trésoreries.

Pour les élevages de montagne du Massif central(2), confrontés à la baisse du prix du lait, à la canicule, à la sécheresse et à la prolifération des campagnols, "l'année 2015 est catastrophique: le revenu diminue de moitié". Certains éleveurs ont dû ensiler les maïs dès le mois de juillet en zone basse tandis que les prairies d'altitude se transformaient en paillasson. Le déficit fourrager devrait se situer entre 0,5 à 1,5 tonne de matière sèche par UGB selon les secteurs.

L'Institut souligne toutefois que "l'évolution moyenne masque de fortes disparités . Les éleveurs très endettés sont les premiers fragilisés."

 


 

 

(1) 2,2 UMO dont 2 UMO exploitant - 96 ha dont 75 ha SFP - 74 VL et 528 000 litres vendus.

(2) 2,1 UMO dont 2 UMO exploitant - 84 ha dont 74 haSFP - 56 VL et 415 000 litres vendus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière