Aller au contenu principal

Une chute spectaculaire des revenus 2015

Les simulations de l'Institut de l'élevage montrent un décrochement du revenu de plus de 15 000 euros/UMO familiale en 2015.

Pour les exploitations de l'Est de la France, c'est la double peine: les rendements en maïs ensilage et en herbe sont catastrophique.
Pour les exploitations de l'Est de la France, c'est la double peine: les rendements en maïs ensilage et en herbe sont catastrophique.
© C. Reibel/archives

L'Institut de l'élevage a estimé les revenus 2015 sur deux groupes d' exploitations laitières spécialisées (plaine et montagne du Massif central) soit 250 exploitations au total. Des indices de prix et de volumes ont été appliqués sur les postes de charges et de produits de l'année 2014 d'après des estimations établies au 31 août: par exemple - 5% pour le prix de l'aliment, + 4% pour l'électricité, un volume de lait identique, etc. Le prix du lait standard  a été estimé à 310 €/1000 l sur le dernier trimestre et à 312 €/1000 l sur l'année 2015, soit 50 € de moins qu'en 2014.

Un prix du lait en forte baisse et des aliments achetés restés chers

"Dans les exploitations de plaine(1), l'estimation du revenu conduit à une baisse de 40%. Les niveaux  sont comparables à ceux observés lors de la crise de 2009. Mais ils sont obtenus avec des exploitations de plus grande dimension (volume lait/UMO, investissement...)", souligne l'Institut de l'élevage. La baisse du prix du lait génère une perte de produit de 16 000 €/unité de main-d'oeuvre. Les exploitations étant spécialisées lait, les ventes de céréales n'ont pas permis de compenser ces pertes. "Pour les exploitations de l'Est de la France, c'est la double peine: les rendements en maïs ensilage et en herbe sont catastrophique." Les achats d'aliments pour compenser le déficit fourrager (estimés à 150 €/UGB) entraîne une dépense supplémentaire de plus de 15 000 €. Le quart des exploitations les plus touchées dégage un résultat inférieur à 10 000 € : leurs annuités et prélèvements privés ne sont plus couverts par l'EBE, entraînant une dégradation rapide des trésoreries.

Pour les élevages de montagne du Massif central(2), confrontés à la baisse du prix du lait, à la canicule, à la sécheresse et à la prolifération des campagnols, "l'année 2015 est catastrophique: le revenu diminue de moitié". Certains éleveurs ont dû ensiler les maïs dès le mois de juillet en zone basse tandis que les prairies d'altitude se transformaient en paillasson. Le déficit fourrager devrait se situer entre 0,5 à 1,5 tonne de matière sèche par UGB selon les secteurs.

L'Institut souligne toutefois que "l'évolution moyenne masque de fortes disparités . Les éleveurs très endettés sont les premiers fragilisés."

 


 

 

(1) 2,2 UMO dont 2 UMO exploitant - 96 ha dont 75 ha SFP - 74 VL et 528 000 litres vendus.

(2) 2,1 UMO dont 2 UMO exploitant - 84 ha dont 74 haSFP - 56 VL et 415 000 litres vendus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière