Aller au contenu principal

Elevage laitier aux Pays-bas
Une certification qualité obligatoire : KKM

A l´initiative de la filière laitière, tous les producteurs de lait sont obligés depuis 1998 d´adhérer à la démarche KKM.


Aux Pays-Bas, c´est simple : il n´ existe qu´une seule démarche qualité pour toutes les exploitations laitières, KKM.
Mais elle est obligatoire. C´est une initiative commune des producteurs et transformateurs (et non des pouvoirs publics) pour renforcer la position commerciale des produits laitiers néerlandais.
Elle repose sur six modules : médicaments vétérinaires, santé et bien-être, alimentation et eau, traite et aménagement du local, nettoyage et désinfection, environnement et déchets. Les 200 producteurs fermiers néerlandais, au départ exemptés, doivent désormais y souscrire aussi.
Les élevages reçoivent la visite d´un inspecteur tous les deux ans; il leur en coûte 135 euros/an. Environ 10 % d´entre eux se font épingler sur un point (le plus souvent les médicaments) et doivent subir une deuxième inspection (facturée 170 euros).

135 euros par an pour être inspecté
A l´avenir, les producteurs, avertis actuellement 5 jours à l´avance d´un contrôle, le seront le jour même. Les rares éleveurs exclus de KKM paient des pénalités variables suivant les entreprises (0,09 euros/l pour Friesland), certaines entreprises privées (Nestlé.) refusent de collecter le lait.
Une vingtaine d´éleveurs résiste et refuse d´adhérer à la démarche tout en satisfaisant aux conditions. Leur lait n´entre pas dans la chaîne d´alimentation humaine.
Depuis le 1er janvier 2002, la fondation KKM impose quatre visites par an d´un vétérinaire : « l´objectif est de montrer que les éleveurs hollandais livrent du lait de vaches saines »,affirme le directeur de KKM, Louwrens van Keulen.

KKM a un statut d´association et fonctionne avec un conseil d´administration comprenant des représentants de l´industrie et des agriculteurs. Son rôle se limite à celui d´un organisme certificateur.
A charge aux industries laitières ou au DLV (organisme chargé de la mise en oeuvre des actions de développement agricole, privatisé depuis 1990) de conseiller les agriculteurs.
« KKM a un effet très positif vis à vis des pouvoirs publics,affirme son directeur. C´est aussi un argument fort pour l´industrie auprès de la grande distribution. Toute la filière laitière est certifiée HACCP : la production, mais aussi le transport, la conservation, et bien sûr la transformation ». A noter qu´aucune communication directe n´est faite sur KKM.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière