Aller au contenu principal
Font Size

Elevage laitier aux Pays-bas
Une certification qualité obligatoire : KKM

A l´initiative de la filière laitière, tous les producteurs de lait sont obligés depuis 1998 d´adhérer à la démarche KKM.


Aux Pays-Bas, c´est simple : il n´ existe qu´une seule démarche qualité pour toutes les exploitations laitières, KKM.
Mais elle est obligatoire. C´est une initiative commune des producteurs et transformateurs (et non des pouvoirs publics) pour renforcer la position commerciale des produits laitiers néerlandais.
Elle repose sur six modules : médicaments vétérinaires, santé et bien-être, alimentation et eau, traite et aménagement du local, nettoyage et désinfection, environnement et déchets. Les 200 producteurs fermiers néerlandais, au départ exemptés, doivent désormais y souscrire aussi.
Les élevages reçoivent la visite d´un inspecteur tous les deux ans; il leur en coûte 135 euros/an. Environ 10 % d´entre eux se font épingler sur un point (le plus souvent les médicaments) et doivent subir une deuxième inspection (facturée 170 euros).

135 euros par an pour être inspecté
A l´avenir, les producteurs, avertis actuellement 5 jours à l´avance d´un contrôle, le seront le jour même. Les rares éleveurs exclus de KKM paient des pénalités variables suivant les entreprises (0,09 euros/l pour Friesland), certaines entreprises privées (Nestlé.) refusent de collecter le lait.
Une vingtaine d´éleveurs résiste et refuse d´adhérer à la démarche tout en satisfaisant aux conditions. Leur lait n´entre pas dans la chaîne d´alimentation humaine.
Depuis le 1er janvier 2002, la fondation KKM impose quatre visites par an d´un vétérinaire : « l´objectif est de montrer que les éleveurs hollandais livrent du lait de vaches saines »,affirme le directeur de KKM, Louwrens van Keulen.

KKM a un statut d´association et fonctionne avec un conseil d´administration comprenant des représentants de l´industrie et des agriculteurs. Son rôle se limite à celui d´un organisme certificateur.
A charge aux industries laitières ou au DLV (organisme chargé de la mise en oeuvre des actions de développement agricole, privatisé depuis 1990) de conseiller les agriculteurs.
« KKM a un effet très positif vis à vis des pouvoirs publics,affirme son directeur. C´est aussi un argument fort pour l´industrie auprès de la grande distribution. Toute la filière laitière est certifiée HACCP : la production, mais aussi le transport, la conservation, et bien sûr la transformation ». A noter qu´aucune communication directe n´est faite sur KKM.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière